• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Championnat du monde junior de golf: «Très exigeant mentalement», dit Smith 

Championnat du monde junior de golf: «Très exigeant mentalement», dit Smith

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Tout ne se sera pas déroulé comme souhaité pour Brendan Smith au Championnat du monde junior de golf le week-end dernier, mais ça ne veut pas dire qu'il ne l'a pas apprécié.

Après avoir obtenu son laissez-passer pour ce grand rendez-vous en remportant l'Omnium junior du Québec de la CJGA, le golfeur d'Ayer's Cliff a joué des rondes de 86, 76 et 85 pour un cumulatif de 247, 31 coups au-dessus de la normale, qui l'a exclu de la ronde finale sur les allées du Torrey Pines South, situé à San Diego, en Californie.

«C'est le terrain le plus difficile que j'ai joué de ma vie et les conditions ne faisaient rien pour aider, explique l'athlète de 17 ans. Il y avait environ 7300 verges et énormément de vent à cause que le terrain est situé sur le bord de l'eau. Les verts étaient standards, mais ils étaient entourés de trappes qui faisaient en sorte que si on ratait la cible, on finissait avec un boguey assuré. C'était très exigeant mentalement, parce que si tu ratais un coup, tu devais absolument réussir le suivant.»

Le golfeur du club Dufferin Heights avait pourtant bien entamé le tournoi avec deux oiselets au cours des six premiers trous, mais les embûches ont finalement eu raison de sa concentration au trou suivant. À sa défense, il s'agit du plus difficile du parcours, une normale quatre de 462 verges à l'allée étroite, courbée vers la droite et dont l'accès au vert est protégé par une énorme fosse de sable.

«J'étais à moins-2 après les six premiers trous et le septième a complètement changé ma partie, opine Smith. Si je pouvais revenir en arrière, c'est à ce moment que je retournerais. Je me serais placé autrement et je n'ai pas pu replacer mon jeu après mon double boguey. Après ma première ronde, je devais jouer deux rondes de 72 si je voulais éviter la coupure, c'était beaucoup de pression.»

Une expérience mémorable

Beaucoup de pression, mais aussi beaucoup de plaisir. Fouler le même terrain qu'un certain Tiger Woods lorsqu'on est un jeune qui aspire à jouer un jours sur le circuit de la PGA, c'est un moment difficile à oublier, soutient Brendan Smith.

«C'était vraiment quelque chose. Entre les deux verts de pratique, il y a un endroit où on peut voir tous les gagnants depuis 1970. Tu vois les noms de Tigers Woods et d'autres grands champions et tu te dis qu'on joue sur le même terrain. C'est le terrain du US Open de 2008 et on pouvait se rappeler tel coup de Woods à la télé à partir de tel trou, etc. Le terrain était un peu moins long pour nous, mais c'était mémorable.»

Smith n'a pas eu le temps d'apprécier son séjour très longtemps, lui qui se retrouve déjà au coeur d'un autre tournoi. À peine revenu de la Californie dimanche, le jeune golfeur vient de jouer deux rondes de 75 qui le placent à sept coups du meneur au Championnat provincial junior qui se déroule sur les allées du Blainvillier, à Blainville. À l'en croire ce dernier, il faudra plus que sept coups d'écart pour miner sa confiance avec encore deux rondes à faire.

«J'ai joué Torrey Pines, ce qui est une expérience incroyable. Je dois en sortir fier et je vais seulement m'améliorer à partir de là. J'en ressors grandi et plus fort mentalement. Je n'ai pas fait la coupure, mais j'ai appris énormément et si j'ai la chance d'y retourner, je vais savoir où frapper.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer