Importante fin de saison pour Leblanc

Maude-Aimée Leblanc a encore neuf tournois devant elle pour consolider... (Photo Collaboration Spéciale, Symetra Tour)

Agrandir

Maude-Aimée Leblanc a encore neuf tournois devant elle pour consolider sa position dans le groupe des dix meilleures golfeuses du circuit Symetra qui mériteront leur laissez-passer pour la LPGA à la fin de la saison.

Photo Collaboration Spéciale, Symetra Tour

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Maude-Aimée Leblanc amorce la dernière étape de sa saison sur le circuit satellite Symetra, l'antichambre du circuit professionnel de golf LPGA.

Avec neuf tournois à disputer en saison 2015 sur les 23 compris au calendrier, la Sherbrookoise de 26 ans est présentement au huitième rang du classement des boursières du Symetra, un bond de cinq places effectué en un seul week-end, elle qui était au 13e rang avant sa troisième position arrachée à Rochester, la fin de semaine dernière.

Si Leblanc, affiliée au Club de golf de La Vallée du Richelieu, maintient la cadence et termine dans le top 10 des boursières du Symetra, elle obtiendra son laissez-passer pour la LPGA en 2016.

C'est son objectif ultime, quoique peuvent en penser les échos discordants qu'elle affirme entendre à l'occasion.

«Beaucoup de gens avancent que c'est une année décisive pour ma carrière, que je dois absolument me classer pour la LPGA l'an prochain sinon il sera trop tard. Je ne vois pas les choses de cette façon. J'adore ce que je fais. L'important, c'est ce que je pense, moi, non pas ce que pensent les autres», a-t-elle affirmé.

«Jusqu'à présent, je suis contente de ma saison 2015, je connais une belle amélioration comparativement à l'an dernier, sur tous les aspects et ça paraît sur le terrain.»

«Ce que j'aime du circuit Symetra, c'est la camaraderie avec les filles. C'est beaucoup plus l'fun que la LPGA, qui est un peu plus rigide. Et le calibre est très bon ici, ça prend du golf solide pour gagner. Il y a une nouvelle fille qui gagne semaine après semaine», a-t-elle expliqué, en route vers le Championnat Kia Fucillo à Albany, dans l'État de New York, cette fin de semaine.

Maude-Aimée Leblanc en est à une deuxième année sur le Symetra et elle a engrangé un peu plus de 36 000 $ en bourses cette année, pour un total de 69 000 $ en deux saisons. Au 8e rang cette année, elle n'est qu'à 12 000 $ de la meneuse, Giulia Molinaro (48 823 $).

Elle a terminé sept fois dans le top 10 en 2015, comparativement à quatre en 2014.

Sa puissance sur les tertres de départ se fait une fois de plus sentir, elle qui trône au sommet des cogneuses Symetra avec une moyenne de 279, 132 verges sur ses coups de départ accompagnée, cependant, d'une précision de 57 % (147e).

Ses statistiques concernant les verts atteints en régulation (71 % et 29e rang) et ses coups roulés par ronde (moyenne de 30,08, 26e rang) sont dans la moyenne.

«C'est le bon temps de l'année pour ramener du bon golf. Mon objectif, c'est de confirmer ma place dans le top 10 des boursières bien avant le dernier tournoi de la saison. Je veux me donner une marge de manoeuvre pour la fin de saison. Je ne veux pas que ça se décide à la toute fin», a-t-elle analysé.

En 2014, Leblanc devait absolument gagner le dernier tournoi de la saison, le Championnat Symetra pour graduer. Elle a mené pendant trois des quatre rondes avant de terminer au 4e rang du tournoi avec un 74 à la dernière journée.

«À Rochester, j'ai très bien terminé malgré une première ronde plus difficile (73) où les coups roulés ne sont pas tombés. J'ai changé de fer droit pour ce tournoi, en passant d'un Titleist à un Taylor Made avec une prise plus grosse. Ainsi, ça diminue de beaucoup le rôle des mains dans l'élan et ça se passe plus dans les épaules. J'ai bien aimé.»

Si le circuit Symetra est à des années-lumière de sa contrepartie masculine, le circuit web.com, il permet toutefois à plusieurs golfeuses québécoises et canadiennes d'espérer un jour faire le saut sur le circuit de la LPGA.

C'est le cas entre autres de Sara-Maude Juneau, Anne-Catherine Tanguay et Brooke Henderson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer