• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Club de golf de Sherbrooke : le géant aux pieds d'argile 

Club de golf de Sherbrooke : le géant aux pieds d'argile

Combien de villes de la taille de Sherbrooke, dans tout le Québec, peuvent se... (La Tribune, Charles Beaudoin)

Agrandir

La Tribune, Charles Beaudoin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Combien de villes de la taille de Sherbrooke, dans tout le Québec, peuvent se targuer d'avoir un club de golf de qualité en plein milieu de son périmètre d'urbanisation? Bien peu, croyez-moi.

J'y ai appris mon golf, bien souvent à la dure, sur ce magnifique parcours tout en défis de toutes sortes, bordé de condos et de résidences qu'il fallait à tout prix oublier si on ne voulait pas «slicer» son coup de départ sur les terrasses ou les toitures des voisins.

J'ai appris à vivre avec ses obstacles bien placés, ses fichues rigoles du premier trou, du 10e ou du 17e, dessinés exprès pour accueillir mes coups de départ, étais-je alors convaincu.

Le Club a près de 90 ans et il compte quelque 190 membres actuellement.

Suffisamment long, 5739 verges des jalons blancs, à normale 71, avec des verts permissifs - sauf le fichu 17e - le Country club (comme on l'appelait autrefois) a de tout, pour tous les goûts.

Certes, son entretien n'a jamais été chose facile. Les impacts d'une pluie abondante se font sentir sur les allées et dans les trappes. Le drainage du parcours en montées et en descentes, et l'entretien de ses verts, ont causé bien des maux de tête aux surintendants qui se sont partagé le travail au fil des ans.

Et ces maux de tête ne sont sûrement pas guéris cette saison puisque les verts du Country Club sont, disons-le, dans un état un peu inégal.

Si certains affichent la forme attendue, d'autres, comme une bonne majorité sur la neuf de retour - le 16e, le 18e en tête de liste, vous feront grincer des dents, votre fer droit en main.

«L'hiver a été dur pour les verts; on est conscients que ce n'est pas l'idéal encore, mais le surintendant travaille fort pour redresser la situation», a exprimé le jeune Félix Gamache, un «vétéran» de 21 ans qui oeuvre au club depuis quatre ans.

Une situation qui ne date pas d'hier, on le sait. C'est bien dommage. L'expérience golfique s'en trouve modulée, c'est le moins que l'on puisse dire.

Le Country Club est accessible et si vous jouez intelligemment, vous avez la possibilité de ramener une carte intéressante; les allées sont larges et les entrées aux verts, relativement bien dessinées.

Comme la majorité des clubs, vous devez réussir vos coups. C'est la règle. Par contre, les verts ne vous offrent que trop rarement leurs plus beaux apparats pour caler le long roulé pour l'oiselet.

Rumeurs

On ne jase pas que de golf, au Country club; le projet de construction de deux immeubles à condos, tout près des deux actuelles tours d'habitation ne fait pas l'affaire de tout le monde.

Et les nombreuses rumeurs qu'une partie du club pourrait être vendue afin d'être transformée en zone habitable sont encore parfois entendues.

Un recours juridique est d'ailleurs devant les tribunaux entre le propriétaire Marcel Savoie et deux acheteurs potentiels, Éric Dostie et Roger Côté, sur une transaction éventuelle estimée à plus de 2 millions de dollars, une histoire relatée dans nos pages en août 2014.

Beaucoup de discussions et de tractations à l'extérieur des allées et des verts qui, pourtant, auraient bien besoin de toute cette attention.

L'oiselet

La proximité et son design urbain font du Club de golf de Sherbrooke un bijou pour la ville.

Le boguey

Le réaménagement du départ du 10e et du vert du 18e trou. J'avoue, j'aimais mieux l'ancienne configuration.

Partager

À lire aussi

  • Waterville, la carte cachée

    Sports

    Waterville, la carte cachée

    Certains vous diront, pourquoi jouer un terrain qui ne compte que neuf trous? Moi je dis pourquoi pas! »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer