• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Trimemphré de Magog: ne manque que les athlètes 

Trimemphré de Magog: ne manque que les athlètes

Le triathlon Trimemphré de Magog a réellement pris un tournant international au... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Le triathlon Trimemphré de Magog a réellement pris un tournant international au cours des dernières années et l'édition 2015 prévue les 25 et 26 juillet ne fera pas exception à la règle. Foi de René Pomerleau, directeur de course, son organisation sera prête une fois de plus à faire face à la musique.

Ainsi, quelque 2400 triathlètes de partout à travers le monde sont attendus à Magog pour participer à une ou l'autre des nombreuses courses et championnats inscrits au programme. Coupe élite panaméricaine, championnats canadiens pour différents groupes d'âge, qualifications en prévision de championnats mondiaux, Coupe du Québec, il y en aura pour tous les goûts.

«Il y aura une douzaine de pays qui seront représentés. Ça va de la Syrie à l'Égypte en passant par le Japon, la Nouvelle-Zélande et combien d'autres. Ça procure évidemment un certain prestige au Trimemphré, mais pour nous rien ne change et le débutant demeure toujours aussi important à nos yeux que le triathlète élite», soutient René Pomerleau.

Le grand manitou du Trimemphré a déjà remarqué la présence de triathlètes venus s'entraîner sur le site de la compétition. «Ça va s'accentuer en fin de semaine, c'est bien évident. D'ailleurs, nous aurons terminé de mettre en place le parcours aquatique pour le week-end. Plusieurs triathlètes veulent se familiariser avec le parcours. Les gens vont certainement remarquer leur présence. Ça commence vraiment à sentir le Trimemphré.»

La circulation

Qui dit triathlon dit circulation perturbée, du moins dans les rues et routes avoisinantes du triathlon, mais Pomerleau assure que rien ne sera pris à la légère.

«Ça demeure toujours parmi nos plus gros défis. On fait des efforts supplémentaires chaque année pour déranger le moins possible. Avec les autorités concernées, nous n'avons jamais autant travaillé sur le plan de signalisation qui va s'étendre plusieurs kilomètres avant Magog. L'affichage sur les lieux de la compétition a déjà pris forme et nous ne lésinons pas sur les moyens pour communiquer avec la population et les informer de ce qui s'en vient. Il y en a pour qui le triathlon demeurera toujours une source de soucis, mais personne ne peut nous accuser d'être de mauvaise foi. Nous écoutons la population et les marchands. Nous les voulons avec nous, pas contre nous», a commenté René Pomerleau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer