La coupe Stanley attire les foules

La Coupe Stanley et Jimmy Waite étaient au...

Agrandir

La Coupe Stanley et Jimmy Waite étaient au Complexe Thibault mardi. De jeunes joueurs de l'Académie de hockey ont bien apprécié l'événement.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La coupe Stanley attire les foules et fait des heureux à Sherbrooke. Grâce à la victoire des Blackhawks de Chicago et de son entraîneur des gardiens Jimmy Waite, plusieurs ont pu profiter de la présence du Saint-Graal pour immortaliser ce moment, l'instant d'une photo.

Jimmy Waite et le jeune Antoine Cloutier au... (Imacom, Jessica Garneau) - image 1.0

Agrandir

Jimmy Waite et le jeune Antoine Cloutier au CHUS.

Imacom, Jessica Garneau

Après avoir tenu une fête privée au OMG resto lundi soir, le Sherbrookois Jimmy Waite a tenu à partager son moment de gloire avec les gens d'ici.

Mardi matin, la coupe Stanley se trouvait au CHUS-Fleurimont, et ce, au grand bonheur des patients, jeunes et moins jeunes.

«C'est sûr que c'est quelque chose qu'on ne voit pas tous les jours. Ce n'est pas n'importe qui qui l'a vue, la coupe Stanley. Je suis très contente. Je l'ai touchée avant P.K. Subban, donc je suis quand même fière!» relate Léa-Maude Roy, qui devait effectuer un cinquième traitement de chimiothérapie.

«Il y a même une madame qui pleurait quasiment à l'entrée après lui avoir touché, mentionne Waite. La coupe Stanley ça rend quasiment le monde fou. À Chicago, tout le monde se ruait sur la coupe. C'est un trophée prestigieux et captivant qui a tellement d'histoire, il est emblématique du hockey et c'est un moment spécial pour tout le monde de le contempler.»

La coupe Stanley attire les foules et fait des... (Imacom, Jessica Garneau) - image 2.0

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

À sa sortie de l'hôpital, Jimmy Waite a pris la direction de l'hôtel de ville de Sherbrooke, de la Taverne Alexandre et ensuite du Caffucino du Complexe Thibault, là où des centaines de personnes l'attendaient déjà, en début d'après-midi.

En échange d'un don à la Fondation du CHUS, les amateurs de hockey pouvaient obtenir une photo d'eux avec la coupe Stanley.

La file d'attente était d'ailleurs tellement longue que bien des gens ont dû rebrousser chemin.

«Je n'ai jamais vu la coupe de ma vie, même si c'est la troisième fois qu'elle est de passage à Sherbrooke après les deux victoires de Stéphane Waite. L'occasion était trop belle pour la rater», explique Vincent Giguère.

Et l'attente en valait le coup selon son frère Guillaume Giguère.

«Tant que je peux prendre une photo avec elle, ça ne me dérange pas d'attendre!»

 

- Avec la collaboration de Charles Beaudoin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer