Jimmy vient fêter avec la coupe Stanley

Jimmy Waite... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

Jimmy Waite

Imacom, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Il était toujours impossible de voir le nom de Jimmy Waite sur la coupe Stanley lundi, à Sherbrooke, mais la vue du rutilant calice argenté fascinait toujours autant ce dernier tout comme ses invités.

«C'est en septembre qu'on va pouvoir voir le nom sur le trophée, en même temps qu'on va avoir la bague, mais la coupe, quand on la revoit, c'est difficile à décrire, fait valoir Jimmy Waite en gardant les yeux plongés sur le saint Graal du hockey. C'est vraiment spécial et c'est le fun de la partager avec la famille et les amis. C'est surtout plaisant de voir les visages des gens quand ils peuvent toucher au trophée. Normalement, on la voit pratiquement juste à la télévision, de l'avoir en vrai, c'est particulier.»

S'il demeure maintenant à Chicago, l'entraîneur des gardiens des Blackhawks n'a jamais hésité quant au lieu prédestiné pour présenter le précieux trophée. Après la fête privée tenue au OMG resto hier, Jimmy Waite prendra le chemin du CHUS ce matin pour faire briller les yeux des enfants malades avant de s'arrêter à l'hôtel de ville de Sherbrooke et finalement au Caffucino du Complexe sportif Thibault GM, entre 13 h et 15 h 30, où toute la population est invitée.

«Sherbrooke, c'est chez nous. On revient tous les étés, nous sommes fiers d'être d'ici et on est contents de la montrer aux Sherbrookois», soutient-il.

Un père fier

Non loin de Jimmy, qui prenait visiblement un malin plaisir à enchaîner les poignées de mains et les photos en compagnie de ses proches, les yeux de Marcel Waite ne tardaient pas à se charger d'un éclat particulier eux aussi : celui d'un père fier de ses fils.

«C'est le fun au boute. Même si nos enfants sont bons au hockey, on ne sait jamais ce que ça va donner et je suis content qu'il ait gagné. Il est passé proche en 1991 et il ne l'avait pas eu. Avec Stéphane qui a gagné et maintenant lui, je ne peux pas être plus heureux», a déclaré M. Waite.

De son côté, Stéphane Waite disait bien vivre avec son nouveau rôle d'invité, lui qui a agi à titre d'hôte de la coupe Stanley à deux reprises au cours des dernières années.

Dans le rôle d'invité

«C'est spécial d'être l'invité plutôt que d'être l'hôte, mais c'est plaisant je suis fier de lui (Jimmy). C'est sa journée et je le laisse en profiter, parce qu'il a fait un excellent travail.»

«Je suis aussi content parce que je l'ai recommandé à Joel Quenneville il y a quasiment un an jour pour jour et ils l'ont engagé. Lorsque je l'ai fait, je savais ce que je faisais, qu'il était prêt à livrer la marchandise et il l'a fait. C'est un moment spécial pour lui, mais pour toute la famille aussi», ajoute Stéphane Waite.

Le paternel des frères Waite n'a cependant pas manqué de pimenter légèrement la soirée en prédisant que le Canadien remporterait la coupe Stanley une fois avant que les Hawks ne la remportent à nouveau l'année suivante.

«On verra bien, lance Jimmy Waite. Je serais bien content pour Stéphane; si je ne la gagne pas, je veux que ce soit lui, mais mon premier choix, c'est moi.»

«J'aimerais mieux Montréal deux fois, mentionne quant à lui Stéphane, non moins compétitif. C'est le seul objectif que j'ai et je suis certain que c'est pareil pour Jimmy, mais il va falloir qu'il travaille fort s'il veut gagner autant de coupes que moi, parce que j'en veux une troisième et vite à part ça.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer