Les Jeux de la Francophonie coûteraient 9 M$

Sherbrooke a confirmé qu'elle déposera sa candidature pour les Jeux de la... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Sherbrooke a confirmé qu'elle déposera sa candidature pour les Jeux de la Francophonie de 2021, lundi au conseil municipal, et estime qu'elle parviendrait à recevoir l'événement avec un budget municipal limité à 9 M$.

Bruno Vachon... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Bruno Vachon

Archives La Tribune

La Ville s'engage effectivement à octroyer un montant de 4,25 M$ en biens et services et de contribuer pour 4,5 M$ en immobilisations si la présentation des jeux lui est accordée. « C'est une évaluation des coûts en fonction des immobilisations et des dépenses courantes. On croit qu'avec 9 M$ en budget municipal, on est capables de présenter les jeux, mais au fur et à mesure que le dossier évoluera, ces montants évolueront. L'important est de se réserver ce montant pour aller voir les partenaires», a commenté Bruno Vachon, porte-parole du dossier.

La Ville a par ailleurs octroyé un budget non récurrent de 350 000 $, dont 50 000 $ figuraient déjà au poste « Frais d'honoraires » de la direction générale, pour réaliser la mise en candidature.

Rappelons que les Jeux de la Francophonie, ce sont 57 États francophones qui se disputent pendant onze jours les honneurs dans quatorze disciplines. La moitié sont des disciplines sportives alors que l'autre moitié est consacrée à la culture. Les villes de Moncton et Dieppe déposeront aussi une candidature conjointe, comme La Guadeloupe, qui représente la France.

Le dossier est passé comme une lettre à la poste, hier au conseil municipal, sans esclandres d'enthousiasme ou le moindre commentaire défavorable. « Nous en dévoilons le moins possible à ce moment-ci. On n'est pas la seule ville qui déposera un dossier de candidature. Ça prend une discrétion minimale. Ça prenait une décision du conseil pour déposer la demande, mais il y aurait des risques à divulguer les détails », explique le maire Bernard Sévigny.

« On bénéficie d'un préjugé favorable du conseil en raison des expertises acquises avec les Jeux du Canada. Nous ne partions pas de zéro. C'est le même modèle que nous voulons répéter. C'est rare que nous puissions avoir un événement de cette envergure qui met en valeur le multiculturalisme », mentionne Bruno Vachon.

Disposant déjà de l'appui du gouvernement du Québec, Sherbrooke devrait obtenir l'aval du gouvernement fédéral également. « Le gouvernement fédéral ne peut pas appuyer une candidature plus que l'autre. Nous demandons un soutien financier, parce que ça fait partie des règles du jeu. Il y aura un appui pour Moncton et un pour Sherbrooke avec les mêmes considérations. Le pays ne peut pas faire une discrimination », précise M. Sévigny.

La recommandation de la candidature est basée sur un budget de fonctionnement de 10 millions d'euros (14 M$), avec l'objectif de profiter d'une implication financière à parts égales des paliers gouvernementaux provincial et fédéral et de permettre à la Ville de bénéficier du plus grand montant de legs possible.

Le maire Sévigny ne croit pas qu'il y aura des surprises au moment de boucler le budget. « Les Jeux du Canada avaient un budget de 50 M$ et nous espérions arriver avec un surplus d'un million. Nous avons terminé avec 2,2 M$ pour le legs. Nous le gérerons de la même façon. L'idée est d'établir les vraies dépenses et il n'y aura pas de surprises. »

Après le dépôt de la candidature le 30 juillet, la Ville attendra l'annonce des trois États finalistes en septembre. Les villes finalistes recevront le jury entre septembre et décembre avant des auditions prévues en février 2016. L'État gagnant sera dévoilé en novembre ou décembre 2016.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer