Le Pif, une formule à imiter

Le président et directeur général de la United... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Le président et directeur général de la United States Specialty Sports Association Don DeDonatis est impressionné par le nombre de personnes qui assistent au Pif.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Si les équipes américaines sont largement favorites pour être couronnées championnes de la 40e Classique Pif, il ne faudrait pas croire que Don DeDonatis II a amené tout son monde à Sherbrooke simplement pour bomber le torse. Le président et directeur général de la United States Specialty Sports Association (USSSA), plus important circuit de balle lente au pays de l'oncle Sam, a d'abord été attiré par les milliers de personnes qui s'amassent au parc Quintal chaque année afin de dénicher ce qui fait le succès du Pif.

« On a un tournoi similaire à Nashville qui fonctionne depuis 45 ans. Lorsqu'on a entendu parler du Pif, on a voulu voir comment ça se passait, relate M. DeDonatis II. Jusqu'à maintenant, c'est très professionnel et j'adore ce que je vois. Ça ne fait pas encore deux jours que je suis ici et je sens que le reste du week-end sera très impressionnant. »

Seulement depuis son arrivée à Sherbrooke, plus de 15 000 personnes ont assisté à la Classique Pif, et la fin de semaine n'était pas encore commencée.

« La foule est incroyable, opine le PDG de la USSSA. Voir autant de gens venir encourager la balle lente et les meilleurs joueurs de cette façon, c'est la raison première pour laquelle on a amené nos gars ici et on veut essayer de reproduire ça aux États-Unis. »

Son fils, Don DeDonatis III, qui s'aligne avec l'équipe des Rouges, a sa petite idée sur ce qu'ils devraient imiter.

« Il y a plusieurs endroits où l'on joue où on ne fait qu'enchaîner les parties du vendredi au dimanche avant de repartir ailleurs. Où on n'a pas le temps d'interagir avec les gens, parce qu'on est pratiquement toujours sur le terrain. Le Pif, c'est plus qu'une partie de balle, c'est un événement. Avec les parties, les feux d'artifice, les jeux pour les enfants, ça amène les familles et non seulement les amateurs purs et durs de balle lente. C'est ce qu'il faudrait amener de notre côté de la frontière. »

Une association à long terme?

« Think big », disait le personnage Elvis Gratton à propos de la mentalité des Américains.

C'est possiblement cette philosophie qui anime Don DeDonatis II lorsqu'il songe à l'avenir de son circuit et de celui du Pif.

« En s'impliquant dans la USSSA, on veut devenir la référence dans ce sport et on veut que les meilleurs événements fassent partie de notre circuit », a-t-il répondu lorsque questionné à savoir s'il fallait s'attendre à le revoir à Sherbrooke au cours des prochaines années.

« Le Pif pourrait certainement devenir le meilleur événement. Idéalement, on aimerait amener la télé des États-Unis et contribuer à le rendre encore meilleur. »

« Think big », qu'on dit.

Partager

À lire aussi

  • Le Pif, une formule à imiter

    Sports

    Le Pif, une formule à imiter

    Si les équipes américaines sont largement favorites pour être couronnées championnes de la 40e Classique Pif, il ne faudrait pas croire que Don... »

  • Les Américains repartent gagnants du Pif (photos)

    Sports

    Les Américains repartent gagnants du Pif (photos)

    Le match de mercredi entre l'équipe des rouges et des bleus s'est avéré prémonitoire de la finale du dimanche. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer