• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Des adversaires de taille dans la classe Invitation du Pif 

Des adversaires de taille dans la classe Invitation du Pif

Les joueurs des équipes américaines ont frappé une... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Les joueurs des équipes américaines ont frappé une quarantaine de longues balles, jeudi, lors du cinquième match hors-concours opposant les Bleus aux Rouges.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

(SHERBROOKE) Si l'on se fie au duel américain qui a eu lieu au parc Quintal jeudi, les équipes de la classe Invitation en auront plein les bras ce week-end à la Classique Pif.

Quelques attrapés spectaculaires et surtout près d'une quarantaine de longues balles ont animé les cinq manches du match hors-concours opposant les Bleus aux Rouges, les deux équipes représentant la USSSA, la plus grosse ligue de balle lente aux États-Unis.

« Avec le talent qu'il y a dans ces équipes, c'est très possible que ça se reproduise! a admis Don Dedonatis fils, qui a frappé quatre coups sûrs en autant de présences au bâton. Ce sont des joueurs parmi les meilleurs dans le monde et quand ça débloque, c'est le genre de choses qui peuvent survenir. »

Sans doute pour éviter toute confusion, même l'animateur du Pif et collègue, Jean Arel, a dû rappeler au micro qu'il s'agissait d'un match d'exhibition et que le concours de coups de circuit était toujours prévu pour demain. Si le match s'est finalement soldé par la marque de 47 à 16 pour les Rouges, M.Dedonatis n'est pas prêt à vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué.

« On n'a pas vu les autres équipes encore au Canada, donc je ne veux pas m'avancer, mais comme je disais, nos joueurs sont les meilleurs des États-Unis et quand tout tombe en place, nous sommes très difficiles à battre. »

Une fois par année depuis sept ans, les meilleurs joueurs au Canada ont affronté les joueurs de la USSSA au cours d'un match surnommé la « Border battle ». Le Canada l'a emporté une seule fois, ce qui laisse à première vue bien peu de chances aux meilleures équipes du Québec.

Peu importe ce qu'il adviendra, les équipes québécoises vivront toute une expérience assure Stéphane Chapdelaine, qui défendra son titre de champion du Pif avec l'équipe Pharmapar.

« La balle lente, ça reste un sport de talent individuel. Quand t'as les 10 ou 12 meilleurs gars dans ton alignement, ça créé un gros défi. Ça va être difficile, mais nous sommes privilégiés d'avoir les meilleurs joueurs au monde au Pif. C'est la plus belle expérience qu'on peut vivre. »

« On veut quand même gagner, et on va tout faire pour y arriver! assure néanmoins M.Chapdelaine. On va essayer de se bâtir un rythme pendant la phase de groupe pour terminer en force. On est très excités d'être sur le même terrain que ces gens-là. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer