La truite à la «paparmane »

Avec une offre de plus de 400 lacs,... (Photo fournie par Patrick Gendreau)

Agrandir

Avec une offre de plus de 400 lacs, pas besoin de chercher longtemps pour trouver la tranquillité dans la réserve faunique Mastigouche. Sur la route menant à ce havre de paix, on croise par ailleurs Saint-Élie-de-Caxton, le village de Fred Pellerin. Un combo nature-culture, pourquoi pas?

Photo fournie par Patrick Gendreau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

La réputation de la réserve faunique Mastigouche n'est pas surfaite. Les mordus de pêche le savent et y réservent leur place année après année.

Je m'y suis rendu à la fin du mois de mai à l'invitation de la Sépaq. La pêche de début de saison est un succès garanti dans ce paradis de la truite mouchetée comptant pas moins de 417 lacs. Ces multiples plans d'eau permettent d'assurer une bonne qualité de pêche durant toute la saison puisque certains lacs ne deviennent accessibles qu'en cours d'été.

En se référant aux statistiques de 2014, on constate par exemple que les quatre lacs ouverts samedi dernier (Cousin, Frelon, des Joncs et Moustiques) sont parmi ceux qui ont offert un très bon rendement l'an dernier. De la même façon, d'autres lacs ne verront arriver leurs premiers pêcheurs qu'au milieu du mois qui débute, certains aussi tard que le 25 juillet.

Je suis toutefois revenu de la réserve Mastigouche avec l'idée d'un combo nature-culture avec ma blonde car, chemin faisant, on passe devant le village de Saint-Élie-de-Caxton. Un pied dans la chaloupe et l'autre dans le monde imaginaire du conteur Fred Pellerin, pourquoi pas?

Ces deux sites prisés sont à une heure l'un de l'autre (environ quatre heures de Sherbrooke) à travers la campagne de la Mauricie adossée aux grands espaces sauvages du nord. Une escale d'un soir en chalet à Mastigouche, avec pêche à l'arrivée ainsi que le lendemain, précédant ou suivant une visite à Saint-Élie - incluant obligatoirement un baiser sucré sous « l'arbre à paparmans »!!! -, ça vous meuble quelques jours d'évasion à un prix très raisonnable. Certaines promotions annoncent la possibilité d'un séjour pour aussi peu que 75 $/jour par personne, un tarif comprenant pêche et hébergement.

La popularité du désormais célèbre village de Fred a entraîné un accroissement de l'offre touristique autour. Toutefois, comme les deux destinations sont achalandées à cette période de l'année, il peut s'avérer un peu plus compliqué de faire concorder des arrêts aux deux endroits. Rien à perdre de l'essayer!

Le système de réservation en ligne de la Sépaq permet de consulter simplement et efficacement les disponibilités autant pour les courts séjours que pour ceux de plus longue durée. Assurez-vous de prendre connaissance de toutes les promotions avant de compléter votre réservation de manière à profiter de tous les rabais. L'un d'eux permet actuellement d'économiser 25 pour cent sur le prix régulier.

« Que vous soyez pêcheur aguerri, débutant ou villégiateur, nous avons ce qu'il faut pour vous », résume le directeur de la réserve, Éric Harnois.

J'ai vérifié hier sur le site de la Sépaq et différentes options sont encore possibles en prévision des semaines à venir. Si vous êtes peu familier avec le système en ligne, n'hésitez pas à utiliser le service d'accompagnement téléphonique. Les préposés sauront vous guider.

Ma ligne est à l'eau, le pitch de vente à ma douce est fait. C'est juste que les excursions de pêche en couple s'avèrent parfois plus compliquées à organiser que les voyages de gang...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer