• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Jérémy Roy repêché entre les rangs 15 à 35, selon Trevor Timmins 

Jérémy Roy repêché entre les rangs 15 à 35, selon Trevor Timmins

Jérémy Roy... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Jérémy Roy

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Fort Lauderdale, Floride) Trevor Timmins ne passait pas inaperçu, l'hiver dernier, lorsqu'il se présentait au Palais des sports de Sherbrooke.

Le recruteur-chef du Canadien de Montréal n'a pas tari d'éloges envers le défenseur du Phoenix, Jérémy Roy, qu'il a justement eu l'occasion de scruter à plusieurs reprises.

Comme Roy est pressenti comme un choix de fin de première ronde, au repêchage annuel de la LNH, qui se déroule demain à Sunrise, en Floride, et que le Canadien, jusqu'à aujourd'hui du moins, parlera au 26e rang, plusieurs observateurs croient que le Canadien pourrait être intéressé par le défenseur droitier.

«Je crois que Jérémy peut être repêché entre les rangs 15 à 35, cette fin de semaine. Il y a vraiment une bonne profondeur dans le groupe de défenseurs. En même temps, la science du repêchage est très imprécise et il se peut fort bien que Jérémy ne soit plus là lorsque nous parlerons», a indiqué Timmins hier, à Hollywood, en marge du point de presse du DG du Canadien de Montréal, Marc Bergevin.

«J'aime son caractère, c'est un très bon jeune homme avec un excellent sens du hockey qui compétitionne chaque soir. Il a bien sûr subi quelques blessures pendant la saison, mais ce n'est rien de préoccupant.»

«Pour un défenseur au gabarit comme le sien, à l'instar d'un Duncan Keith (Blackhawks de Chicago), Jérémy doit avoir un coup de patin supérieur à la moyenne. Et je n'ai aucun doute qu'il va mettre tous les efforts pour travailler cet aspect de son jeu.»

Profiter du moment

Pour le clan Roy, en Floride depuis le week-end dernier, c'est l'heure des derniers préparatifs.

C'est aussi le cas pour l'agent de Roy, Christian Daigle, qui est à ses côtés depuis que Jérémy à 13 ans.

«Il y a encore quelques demandes médiatiques à gérer, des demandes de dernière minute, mais pour le reste, c'est de s'assurer que Jérémy et la famille pourront profiter du moment. Tout le monde a travaillé très fort pour ça, la famille a fait bien des sacrifices, c'est le temps de savourer», a indiqué M. Daigle.

Un lien très étroit s'est tissé entre l'agent et le client, au fil des années. «Je me rappelle cette rencontre initiale, au domicile de ses parents, avec son frère et lui. J'ai cru en lui tout de suite, j'ai vu un garçon au regard déterminé voulant faire les efforts pour réaliser son rêve, à vouloir foncer.»

Christian Daigle insiste : première ronde ou pas, l'important est que Jérémy aboutisse avec une équipe qui saura mettre tous les efforts pour maximiser son développement.

«Ça serait un peu maladroit de dire où exactement Jérémy va sortir; on ne contrôle rien, il va y avoir des échanges, les équipes vont bouger. Il est dans le mix, il a des chances de sortir en première ronde, mais ce n'est pas la fin du monde s'il ne sort pas vendredi soir. L'important, c'est qu'il tombe entre bonnes mains.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer