La deuxième chance d'Alexandre Goulet

Alexandre Goulet... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Alexandre Goulet

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Alexandre Goulet y croit encore. Un tout petit peu.

À pareille date l'an dernier, l'ailier gauche des Islanders de Charlottetown, originaire de Disraeli, se préparait à quitter à destination de Philadelphie, où se déroulait alors le repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Repêché en première ronde (19e au total) par Charlottetown en 2013, à sa deuxième tentative, Goulet croyait fermement entendre son nom dans le Wells Fargo Center.

À preuve, il avait discuté avec toutes les équipes de la LNH, ou presque, et il était même classé parmi les 100 premiers espoirs (65e) en vue du repêchage.

Impressionnant

«C'était le rêve, j'étais tout près. Mais ça n'a pas fonctionné. Au moins, c'était bien de voir comment ça se passait, c'était vraiment impressionnant comme expérience, même si on ne m'a pas repêché», dit-il d'une voix où l'on perçoit un peu de nostalgie.

En 66 matchs à sa saison recrue, Goulet a tout de même amassé 48 points (26 buts et 22 passes) et quatre points en autant de rencontres éliminatoires.

Un début prometteur qui laissait entrevoir de belles choses. En vain.

«Oui, ce fut décevant. Par contre, j'ai passé au travers de cette épreuve, c'est derrière moi, maintenant. Il faut dire que j'avais déjà vécu l'expérience auparavant. J'étais admissible au repêchage LHJMQ à ma première année dans le midget AAA, j'étais prévu dans les rondes six à huit. Mais je ne suis pas sorti. L'année suivante, par contre, je suis sorti en première ronde.»

Goulet n'a cependant pas tout perdu, puisqu'il fut malgré tout invité au camp du Canadien de Montréal, lors des semaines suivantes.

Plus de responsabilités

Alexandre Goulet a raison de garder espoir. Malgré la déception, il a continué son bon travail avec les Islanders, à sa deuxième année, en cumulant 61 points en 65 matchs, dont 35 buts, en plus d'amasser six points en neuf rencontres éliminatoires.

«Vraiment, je suis content de ce que j'ai accompli la saison dernière. On m'a donné de plus en plus de responsabilités et j'aimais ça. En plus de jouer sur le premier trio et en avantage numérique, j'ai joué beaucoup en désavantage numérique.»

«Je crois être capable de bien jouer dans les deux sens de la patinoire, j'ai un bon coup de patin et je contrôle bien la rondelle.»

Goulet ne fera pas le voyage en Floride, cette semaine, pour assister au repêchage.

«Je n'ai pas d'attentes, vraiment. Une dizaine d'équipes m'ont contacté pendant l'hiver, elle voulait en savoir plus sur mon évolution, mon cheminement après la première année. On verra bien. Je ne m'en fais pas trop avec ça. Une invitation à un camp par la suite est peut-être plus une option.»

Partager

À lire aussi

  • Le rêve de Jérémy Roy

    Hockey junior

    Le rêve de Jérémy Roy

    De son propre aveu, Jérémy Roy a connu une saison parsemée de hauts et de bas, avec le Phoenix de Sherbrooke, en 2014-15. De nombreuses blessures... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer