Kim Boutin nommée l'étoile montante

Kim Boutin... (Archives AP)

Agrandir

Kim Boutin

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Au Canada, la relève en patinage de vitesse courte piste passe par la Sherbrookoise Kim Boutin.

La brillante première saison de la patineuse de vitesse sherbrookoise a été soulignée à grands traits par Patinage de vitesse Canada lors de son gala annuel tenu à Winnipeg le 19 juin. L'athlète de 20 ans y a remporté le prix de l'étoile montante de l'année en courte piste, un honneur qu'ont précédemment reçu des têtes d'affiche comme Marianne St-Gelais et Kalyna Roberge.

Le point culminant de cette saison est survenu lors des Championnats du monde disputés à Moscou en mars dernier où elle a pris le 7e rang au cumulatif, notamment grâce à une 4e position au 1000 m.

« Ça a été ma meilleure compétition, j'ai démontré qui j'étais, j'ai coursé comme si toutes ces filles, ces Olympiennes, étaient battables et elles l'étaient », mentionne-t-elle.

Elle avait précédemment réussi à se qualifier pour l'événement en terminant au second rang lors de la sélection nationale, une compétition forte en émotions qui a été le catalyseur responsable de ses résultats éclatants lors des derniers rendez-vous de l'année.

« Ça a été une compétition avec des hauts et des bas, j'ai eu des résultats décevants, comme une 4e position au 500 m, mais j'ai réussi à remporter le 3000 m pour me qualifier. Ça m'a donné des ailes », se rappelle-t-elle.

Une patineuse plus calme

Cette nouvelle reconnaissance, elle le voit comme l'aboutissement de tout le travail accompli au cours des dernières années pour en arriver à exceller au plus haut niveau.

« Je me suis toujours plus considéré comme une fille d'entraînement qu'une fille de compétition. Avec la pression, j'avais souvent tendance à m'écrouler », explique-t-elle.

Pour remédier à la situation, Kim Boutin s'est bien entourée et a bossé toute la saison afin de livrer la marchandise lors des grandes occasions.

« Tu n'as pas le choix d'avoir un bon mental rendu à ce niveau. Mon psychologue sportif me dit que ce n'était pas une question de confiance dans mon cas, mais plutôt d'être plus calme. »

Loin de s'asseoir sur ses lauriers, la Sherbrookoise continue de travailler sur sa préparation psychologique cet été. Elle soigne pour le moment une blessure au dos survenue à l'entraînement qui lui nécessite deux mois de réadaptation, mais elle sera fin prête en septembre pour la première compétition de la saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer