• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Sherbrooke vise les Jeux de la Francophonie en 2021 
Exclusif

Sherbrooke vise les Jeux de la Francophonie en 2021

Sherbrooke pourrait accueillir les Jeux de la Francophonie en 2021. Après le... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Sherbrooke pourrait accueillir les Jeux de la Francophonie en 2021. Après le succès qu'ont connu les Jeux du Canada en 2013, la Ville se tourne vers l'avenir et travaille à fignoler un dossier de candidature qui devra être déposé avant le 30 juillet. Il faudra toutefois que les élus municipaux donnent leur aval au projet lors de la dernière séance du conseil avant les vacances d'été, le 6 juillet.

Bernard Sévigny... (Imacom, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Bernard Sévigny

Imacom, Maxime Picard

Les Jeux de la Francophonie, ce sont 57 États francophones qui se disputent pendant onze jours les honneurs dans quatorze disciplines. La moitié d'entre elles sont des disciplines sportives alors que l'autre moitié est consacrée à la culture.

«En septembre 2013, il y avait les Jeux de la Francophonie à Nice. Nous avions délégué Jacques Petit d'Excellence sportive pour aller voir comment ça se passait. Nous avons une opportunité pour les jeux de 2021 et nous travaillons sur un dossier de candidature à l'heure où nous nous parlons. Nous avons peu de temps parce que la date limite pour le dépôt est le 30 juillet. Nous pensons que nous pourrions les obtenir compte tenu des infrastructures que nous nous sommes données pour les Jeux du Canada», commente le maire Bernard Sévigny présent en table éditoriale à La Tribune jeudi.

«Ça ne signifie pas qu'il ne faudra pas rafraîchir certains équipements. Si nous obtenons les jeux, l'achalandage débordera de Sherbrooke.»

Bernard Sévigny

Ladite fenêtre s'est ouverte quand la Belgique, qui semblait toute désignée pour accueillir l'édition de 2021, s'est désistée il y a quelques semaines. Puisque les jeux se tiennent dans un pays du Sud et un pays du Nord en alternance, et que le prochain rassemblement se déroulera en Côte d'Ivoire, les conditions favorisent Sherbrooke. «C'est quand on a su que la Belgique se retirait que nous avons décidé de tenter notre chance. Ce sera une course contre la montre. Étant une terre d'accueil en immigration, recevant le Festival des traditions du monde, nous croyons disposer d'occasions de nous positionner davantage.»

Ce n'est donc qu'un «pré-plan d'affaires» qui sera déposé au conseil le 6 juillet avec des considérations financières et de faisabilité et le maire admet qu'il ne sera pas complet.

En matière de francophonie, le Canada est divisé en trois zones, soit le Nouveau-Brunswick, le Québec et le reste du Canada. Ottawa avait obtenu les Jeux de la Francophonie en 1993 pour le Canada. «En ce qui nous concerne, il nous faillait l'appui du gouvernement du Québec. Le budget est très limité, soit environ 10 millions d'euros (14 M$ CA). Ça prend un engagement de la Ville et des partenaires.»

En comparaison, les Jeux du Canada représentaient 31 M$ en budget d'exploitation et 19 M$ en immobilisations. Le Comité international des Jeux de la Francophonie (CIJF) tient pour acquis que les villes candidates disposent des installations nécessaires. «Ça ne signifie pas qu'il ne faudra pas rafraîchir certains équipements. Si nous obtenons les jeux, l'achalandage débordera de Sherbrooke.»

Entre les mois de septembre et de décembre, une visite sera organisée dans les trois villes sélectionnées pour évaluer la qualité des dossiers. En février 2016, les représentants des Villes candidates pourront présenter leur dossier de candidature devant le CIJF. La Ville gagnante sera désignée en novembre ou décembre 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer