Mickael Fillion jouera en France

Michael Fillion poursuivra son rêve de hockey professionnel avec les... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Michael Fillion poursuivra son rêve de hockey professionnel avec les Castors d'Asnières, une équipe française de deuxième division. Le jeune hockeyeur a déniché ce contrat avec l'aide de son père Michel Fillion.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(COATICOOK) Après avoir joué pour le Drakkar de Baie-Comeau (LHJMQ) avant d'être repêché par le Phoenix de Sherbrooke, le Coaticookois Mickael Fillion a ensuite joint les Inouk du CÉGEP de Granby (LHJQ) où il a assumé le poste de capitaine. Au mois d'août, il franchira une autre étape en entamant une carrière professionnelle avec les Castors d'Asnières, en France, une commune située à une vingtaine de minutes de Paris.

Il part avec, en poche, un contrat d'un an qu'il a lui-même dégoté avec l'aide de son plus grand admirateur, son père Michel, ainsi que Martin Bernard, un de ses anciens entraîneurs, qui a lui-même joué en France. «Mon objectif c'était de jouer en Europe en obtenant la meilleure proposition possible, partage Mickael. L'organisation qui m'a démontré le plus de sérieux, ce sont les Castors. J'ai vraiment hâte de vivre cette nouvelle expérience.» Mickael franchira l'océan Atlantique au début du mois d'août afin de prendre part au camp d'entraînement qui commencera le 15.

Bien qu'il compte d'abord faire ses preuves au sein de sa nouvelle équipe d'adoption, laquelle fait partie de la deuxième division (D2), Mickael entend bien poursuivre son ascension avec l'objectif avoué d'intégrer la Ligue Magnus (LM), le plus haut échelon professionnel en France. «J'aimerais me faire un nom et pouvoir éventuellement aller jouer dans d'autres pays comme l'Allemagne ou la Suisse. Une fois que j'aurai mis les pieds là-bas, tout peut arriver.»

Il ne sera toutefois pas le seul Québécois, puisqu'il pourrait être appelé à cohabiter avec Michael Rhéaume, ancien joueur des Cougars de Sherbrooke, qui a lui aussi signé avec Asnières. «On s'entend bien», affirme Mickael, alors que son père lui rappelle à la blague que Rhéaume lui a cassé le bras lors du dernier match qu'ils ont joué l'un contre l'autre, un accident.

Quant au salaire qu'il percevra, sans vouloir avancer de montant, Mickael Fillion se dit très satisfait. «On ne parle pas de millions, mais d'un salaire où je vais pouvoir subvenir à mes besoins tout en mettant de l'argent de côté lorsque je reviendrai au Québec durant l'été.»

Or, si maman Manon éprouve un certain pincement au coeur à voir fiston s'exiler en Europe, papa Michel avoue avoir déjà hâte d'aller le voir jouer. D'autant plus qu'il s'en est fallu de peu que le rêve prenne subitement fin après que Mickael ait été victime d'une sortie de route à la suite de la crue subite des eaux mardi soir dernier. Son véhicule s'étant retrouvé à la dérive au milieu d'un cours d'eau avant que les pompiers ne réussissent à le sortir de sa situation périlleuse. Bien conscient de sa chance, Mickael entendait se tourner résolument vers l'avenir.

mcarbonneau@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer