Le Calvillo 2.0

Anthony Calvillo a accepté le poste d'entraîneur des... (IMACOM, Jessica Garneau)

Agrandir

Anthony Calvillo a accepté le poste d'entraîneur des receveurs de passe des Alouettes de Montréal l'automne dernier; on le voit ici avec Mikhael Davidson.

IMACOM, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Anthony Calvillo a littéralement réécrit le livre des records de la Ligue canadienne de football (LCF) pour un quart-arrière.

Gagnant de trois coupes Grey, nommé joueur le plus utile également à trois reprises et, plus important encore, recordman pour le nombre de verges accumulées avec l'impressionnant total de 79 816 verges pendant sa carrière active qui s'est échelonnée sur 20 saisons ; pas de doute, Calvillo est probablement le plus grand joueur de toute l'histoire de la LCF, ou du moins, l'une de ses figures les plus incontournables.

Auréolé de tous ces succès, le Californien a accroché ses crampons en janvier 2014, laissant ainsi le football et les feux de la rampe pendant toute une année. Une grande pause qui fut certes bénéfique pour le principal intéressé, mais qui a aussi forcé les Alouettes dans une transition qui fut parfois cahoteuse.

L'enfant prodigue est de retour au nid ; Calvillo a accepté le poste d'entraîneur des receveurs de passe de l'équipe, l'automne dernier. Un poste - et un défi - tout nouveau pour l'ancien quart étoile qui n'a pas hésité à retourner au bas de l'échelle afin de faire ses classes. « C'est de l'ajustement, constamment. Mais je ne suis pas trop déboussolé, la transition entre la carrière de joueur actif et d'entraîneur se passe plutôt bien. Il faut dire que lorsque j'étais joueur, j'étais habitué à mettre beaucoup d'heures dans ma préparation. En gros, c'est la même chose pour les entraîneurs ; même que c'est pire lors des camps d'entraînements ! On doit être prêts pour les pratiques, pour les rencontres du personnel, on doit bâtir et appliquer une grille d'évaluation pour les joueurs et veiller à ce que tout le monde progresse. Jusqu'à présent, ce fut le plus gros ajustement, mais je n'ai pas à me plaindre ! »

Ironiquement, donc, le meilleur pivot de tous les temps de la LCF s'occupe des receveurs de passes chez les Alouettes, et non des quarts-arrière. C'est plutôt le coordonnateur à l'attaque Turk Schonert qui possède cette tâche ; une conclusion logique, le coordonnateur à l'attaque voulant s'assurer que sa pièce maîtresse soit au centre de l'élaboration des concepts et schèmes offensifs.

Calvillo, lui ? Il apprend pas à pas, entre autres avec son ancien coéquipier chez les Alouettes, André Bolduc, qui est entraîneur adjoint à l'offensive depuis l'an dernier. « Je m'adapte, tranquillement, et je suis chanceux de pouvoir compter sur l'appui d'une bonne équipe et surtout d'André ; c'est le gars technique, qui connaît les petits détails, qui doit faire les ajustements sur la ligne de mêlée, alors je me fie beaucoup pour cet aspect », a mentionné Calvillo.

« Pour ce qui est de la préparation mentale et des responsabilités de chaque receveur, c'est mon domaine. Je crois que cette nouvelle expérience fera de moi un meilleur entraîneur. »

Le coaching dans le sang

On devine le sourire d'André Bolduc lorsqu'on lui parle de Calvillo.

« C'est d'abord et avant tout mon ami. On a joué quatre saisons ensemble, soit une vingtaine de matchs chaque saison. Ça permet de tisser des liens. Surtout qu'AC a toujours été proche des francophones de l'équipe. On a d'ailleurs tous été à son mariage », s'est rappelé Bolduc.

« J'aime travailler avec lui, il est minutieux, il prend soin des détails et je me vois là-dedans. AC, c'est le gars qui pose des questions, qui veut aller au-delà de la vitesse et de la qualité des mains pour recevoir un ballon. Et les gars répondent bien à ça. »

Calvillo suit de près la progression de Samuel Giguère et de JeanChristophe Beaulieu, deux anciens du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke. L'un comme l'autre ont droit aux éloges de l'ancien quart étoile. « Samuel est un vétéran dans cette ligue, il a participé à plusieurs camps d'entraînement déjà et il commence à très bien connaître notre système. Par contre, je dois avouer que je n'avais pas réalisé à quel point ce gars-là met un point d'honneur à perfectionner ses tracés. C'est un pro et ça paraît sur le terrain, c'est le fun de voir tout ce qu'il peut apporter à l'équipe offensivement.

« Quant à Beaulieu, il est incroyable! Le fait qu'il réussisse à faire tout ce qu'on lui demande comme centre arrière ou comme receveur, c'est fascinant! Il a des habiletés pour courir et pour attraper les ballons en pleine course, ce qui met beaucoup de pression sur une défensive. Pour un gars qui n'a jamais capté un ballon, ou presque dans les rangs universitaires, c'est encore plus impressionnant! C'est notre centre arrière à temps plein et on veut maximiser son utilisation comme receveur. »

Les Alouettes mettront à l'épreuve les deux semaines de camp d'entraînement qu'ils ont derrière la cravate aujourd'hui, face au Rouge et Noir, à Québec, dans le cadre d'un premier match hors-concours. Une première vague de retranchements est prévue par la suite. « Je souhaite que mes receveurs continuent leur bon boulot sur le terrain, qu'ils fassent des blocs de qualité, qu'ils connaissent bien leurs responsabilités et qu'ils réalisent les jeux. C'est ce qu'on va évaluer. On veut améliorer cette équipe et même s'il y a de très bons receveurs ici, il va y avoir des joueurs retranchés à l'issue de ce match et on va se baser sur nos analyses. Tu dois produire, réduire au minimum le nombre d'erreurs, tout le monde est au courant de ça. »

Et Jonathan Crompton, lui ? « Jusqu'à présent, je crois qu'il se débrouille bien. Je me concentre davantage sur le jeu de mes receveurs », a-t-il simplement dit à travers un sourire.

« AC n'intervient pas avec les quarts. Il comprend son rôle, jamais il ne va intervenir si on ne lui demande pas son avis. Il a le coaching dans le sang, il connaît sa place, il est promis à de belles choses », a dit André Bolduc.

Comme l'impression que les deux vont faire la paire pour un petit bout, chez les Alouettes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer