Comme au jour de leurs noces

Francine Audit et son mari Daniel prennent plaisir... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

Francine Audit et son mari Daniel prennent plaisir à se remémorer leurs sorties de pêche avec leurs petits-enfants, une tradition familiale. Cette passion partagée a été payante pour le couple sherbrookois au cours de la dernière fin de semaine puisque Mme Audit a capturé la truite étiquetée de 11 000 $, qui était offerte à Sherbrooke dans le cadre de la Fête de la pêche.

Imacom, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

Que la cagnotte de 11 000 $ ait été associée à la truite qui portait le numéro 72, en fin de semaine dernière, est strictement l'effet du hasard. Cette valeur a été déterminée par un tirage au sort devant public au terme des trois jours d'activités de la Fête de la pêche à Sherbrooke.

Ce n'est toutefois pas qu'un hasard ou de la chance qu'un Audit soit reparti avec le plus gros prix dimanche. Les 11 000 $ mérités cette année par Francine Audit sont venus s'ajouter aux 1000 $ remportés il y a quatre ans par son mari Daniel. C'est la cinquième fois qu'un membre de cette famille se retrouve parmi les boursiers.

« Les deux mots qui nous caractérisent sont la patience et l'assiduité. Nous participons à la Fête depuis qu'elle existe. Nous pêchons du matin au soir. C'est notre passion, mon mari et moi, et nous l'avons transmise à nos petits-enfants », raconte fièrement Mme Audit en me montrant les albums de photos des ti-mousses pêcheurs, dont certains ont maintenant franchi le cap de la vingtaine.

« Ça fait partie de nos activités les plus mémorables », complète son mari.

Quand un enfant choisit « La pêche avec grand-papa » comme thème d'un travail scolaire au primaire, pas besoin de mener un long interrogatoire pour en connaître le pourquoi.

Francine et Daniel sont inséparables dans le bateau. Ils pêchaient ensemble à l'étang St-Francis lorsque madame a capturé la truite qui valait son pesant d'or.

« J'ai immédiatement eu l'intuition que ce serait la bonne, un feeling que je n'avais pas eu en prenant ma truite étiquetée en 2011. J'ai des chums qui m'offrent chaque année de me joindre à leur groupe pour une excursion de gars. Je décline. La pêche, c'est avec ma femme », tranche Daniel Audit.

Une passion commune possiblement née en même temps que leur union, car M. Audit est si maniaque qu'il a pêché le jour de ses noces.

« Il est débarqué de sa chaloupe à peine une heure avant le mariage », se souvient sa femme.

« C'était la meilleure façon d'échapper aux railleries de mon beau-frère », justifie le mari.

Comme l'union dure, faut croire que les deux ont remporté le gros lot pour la première fois en s'échangeant leurs alliances!

Si la pêche est tradition chez les Audit, la chasse l'est aussi.

« L'une et l'autre se veulent des activités rassembleuses. Elles tissent des liens forts, elles développent une grande complicité avec nos enfants et nos petits-enfants. Je suis heureuse d'avoir remporté un aussi beau prix. Ça fera un petit coussin pour le voyage que nous projetions déjà pour cet été. C'est un bonus mais, pour nous, le plaisir de la pêche va bien au-delà des considérations monétaires », lance grand-maman.

Vous serez à la Fête de la pêche l'an prochain?

« Soyez-en assurés. On ne brise pas une combinaison gagnante », pousse Francine Audit avec un clin d'oeil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer