• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Lefebvre refuse de commenter le départ de Stephan Lebeau 

Lefebvre refuse de commenter le départ de Stephan Lebeau

Sylvain Lefebvre... (Archives La Presse)

Agrandir

Sylvain Lefebvre

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'entraîneur-chef des Bulldogs de Hamilton, Sylvain Lefebvre, refuse de commenter le départ de son adjoint Stephan Lebeau, dont le contrat n'a pas été renouvelé par l'équipe, maintenant déménagée à Terre-Neuve.

«Je suis ici pour parler de la conférence», a-t-il résumé avant de quitter l'hôtel Delta de Sherbrooke, où il était de passage mercredi afin de présenter une conférence sur les unités spéciales aux entraîneurs de la LHJMQ dans le cadre des Assises 2015 ayant présentement lieu à Sherbrooke. Refusant de dévoiler la nature de ses propos lors de cette conférence, qu'il qualifie de «privée», l'entraîneur a également évité d'aborder le départ de son ancien adjoint.

Rappelons que cette annonce avait été révélée par Lefebvre. Peu après, Lebeau confiait au quotidien La Tribune que sa relation avec Sylvain Lefebvre était devenue «complexe et difficile».

Le Richmondais d'origine a ainsi coupé court à la discussion lorsque est venu le moment de commenter sa décision et le sujet des entraîneurs adjoints des Bulldogs.

Une carrière à coups de sacrifices

Ayant encore un contrat en poche, Lefebvre a toutefois accepté de parler du déménagement du club affilié du Canadien de Montréal, qui ne constitue pas un grand changement selon lui.

«Je vais encore faire du hockey sur une patinoire, avec des rondelles et des joueurs. Ce ne sera seulement pas le même monde dans les estrades. C'est par contre un peu difficile en ce qui a trait à la famille, même si mes enfants sont vieux et que ma copine m'accompagnera. Mes enfants me visiteront moins souvent. Mais qui dans le monde du hockey n'a jamais fait de sacrifices?» demande-t-il.

Chose certaine, Lefebvre a encore le feu sacré malgré les insuccès des Bulldogs.

«Ce qui m'a amené là où je suis, c'est la passion et le désir d'apprendre et de m'éduquer. Si c'était à refaire, je referais la même chose.»

Caresse-t-il encore le rêve de devenir entraîneur-chef dans la grande ligue?

«Je vis au jour le jour. J'avais encore un contrat de deux ans comme assistant-coach au Colorado et j'ai décidé d'être entraîneur dans la Ligue américaine en apprenant à la bonne école avec une bonne organisation et je ne regrette pas mon choix. Si je pense seulement à monter, je crois que je perdrai mon poste.»

Et s'il avait un conseil à donner aux entraîneurs de la LHJMQ qui souhaitent faire le saut chez les professionnels, Lefebvre leur suggérerait d'abord de garder la foi.

«Il faut croire en ce qu'on fait, avoir la passion et aimer ça. J'ai fait mes classes dans le junior AAA avec les Cougars du Collège Champlain sans passer par la LHJMQ avant d'aller dans la Ligue américaine. Mais j'ai fait de nombreux sacrifices. Je suis d'ailleurs allé à Cleveland en Ohio. J'avais alors une grosse décision à prendre. Quand on voit une opportunité se présenter, on doit la saisir.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer