• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Le kayakiste sherbrookois, Philippe Duchesneau, amorce le dernier droit vers les jeux de Rio 

Le kayakiste sherbrookois, Philippe Duchesneau, amorce le dernier droit vers les jeux de Rio

Philippe Duchesneau, kayakiste sherbrookois.... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Philippe Duchesneau, kayakiste sherbrookois.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Sélectionné par Canoekayak Canada le week-end dernier pour participer au Circuit de la coupe du monde, Philippe Duchesneau amorce le dernier droit qui le sépare de son rêve de participer aux Jeux olympiques de 2016, qui auront lieu à Rio de Janeiro.

« Mais il faut y aller étape par étape », tempère le kayakiste sherbrookois à partir de Montemor-o-Velho, au Portugal, d'où il amorcera la première de trois épreuves du Circuit à compter de vendredi en K4.

« Pour moi, d'être sélectionné, c'était la première étape, mais c'est ma cinquième année sur le Circuit de la coupe du monde, donc ce n'est pas une énorme surprise. L'enjeu, c'est de faire les meilleures courses possible évidemment, mais l'équipe se concentre à finaliser l'équipage, puisque pour le K4, c'est [la Coupe du monde] l'étape ultime de sélection pour l'équipe qui participera aux Jeux panaméricains et au Championnat du monde. »

« Je ne suis plus un des jeunes sur le circuit etje ne suis pas un vieux; je suis dans mes meilleures années. » - Philippe Duchesneau

L'athlète de 25 ans profitera donc de ses arrêts au Portugal, en Allemagne et au Danemark au cours des prochaines semaines pour sécuriser son poste de quatrième rameur, un défi qu'il aborde avec confiance.

« Un kayakiste est à son meilleur normalement entre 24 et 28 ans. Je ne suis plus un des jeunes sur le circuit et je ne suis pas un vieux; je suis dans mes meilleures années. C'est aussi vrai pour l'expérience : tu rentres dans les grosses ligues lors des premières compétitions internationales et c'est impressionnant. De course en course, tu progresses et t'apprends à gérer ça tout ça, ce qui fait que je ne suis pas le même athlète qu'il y a cinq ans. »

« Je veux montrer que c'est toujours moi qui le mérite et je suis assez confiant. Si je fais ce que j'ai à faire, je ne vois pas comment quelqu'un pourrait prendre ma place », ajoute-t-il.

C'est seulement à partir du moment où sa place sur le bateau sera confirmée que Duchesneau pourra pagayer en direction de son objectif ultime. D'ici là, l'équipe canadienne devra garder un oeil sur les résultats de l'Argentine, du Brésil et de Cuba, car pour assurer sa sélection olympique, l'Unifolié se doit d'être le meilleur pays provenant des terres américaines lors des Championnats du monde qui aura lieu en Italie, en août.

« C'est pour ça qu'on veut être le meilleur bateau des Amériques en Coupe du monde. Les panams de Toronto, en juillet, ça va aussi être une belle répétition juste avant les Championnats du monde, parce que si on veut se classer pour les jeux, on doit être les meilleurs en Amérique, donc on doit normalement gagner les panams. » Mais ça, c'est la prochaine étape.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer