Trésor du lac Massawippi

Le Sherbrookois Hugues Sébire a inscrit son nom dans le... (Photo fournie)

Agrandir

Le Sherbrookois Hugues Sébire a inscrit son nom dans le palmarès des captures d'exception en sortant ce touladi de 25,3 lb des eaux du lac Massawippi. D'autres pêcheurs auront peut-être un jour l'opportunité de ferrer la truite grise géante que M. Sébire a remise à l'eau après la pesée officielle.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

Y'a des victoires serrées, acquises par un nez ou par un poil. Celle d'Hugues Sébire, au Tournoi de pêche du lac Massawippi de cette année, est sans conteste. Avec une prise qui fait d'ailleurs écarquiller les yeux.

Y'a des victoires serrées, acquises par un nez... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Photo fournie

Le Sherbrookois de 28 ans a vu d'énormes bouillons à la surface du lac et vécu tout un bouillonnement d'émotions en capturant la semaine dernière un touladi pesant 25,3 lb. Une truite grise d'une taille rare, constituant assurément l'un des trésors de ce plan d'eau estrien.

Guide professionnel de pêche sur le lac Massawippi, M. Sébire met souvent son expertise au profit de ces clients. Ce matin-là, il pêchait pour son plaisir personnel.

« C'était aux premières lueurs du matin. Nous venions de nous installer. J'ai lancé mon jig en eau peu profonde, dans à peine six pieds, à l'embouchure d'un affluent où les grises se gavent d'éperlans. »

Mise à part la touche du professionnel dans le choix et la présentation du leurre, cette technique est la plus répandue pour pêcher la grise au printemps. Elle est simple, même pour les débutants.

Malgré son expérience, lors du blocage brusque de son moulinet, M. Sébire a cru qu'il venait d'accrocher le fond du lac.

« Après avoir gobé mon leurre, le poisson est demeuré immobile durant quatre ou cinq secondes. Il ne se passait rien au bout du fil. Puis, le touladi est parti avec la force d'un bulldozer, une force hors de l'ordinaire. »

Le pêcheur s'est immédiatement préoccupé des ancres des embarcations voisines. Leurs occupants ont vite réagi pour éliminer le risque que la truite ne vienne s'entortiller dans les câbles de nylon. Quand cela se produit, le poisson brise d'un coup de queue le fil du pêcheur.

Après un combat animé, le touladi a concédé.

« En tenant cette grise dans mes bras, je la trouvais énorme. Ce n'est toutefois qu'après avoir vu les photos que j'ai réalisé que sa gueule était plus grosse que ma tête! »

Vite dans le vivier jusqu'à la pesée afin de ne pas compromettre les chances de survie du touladi épuisé.

« Il ne m'est pas venu à l'esprit cinq minutes de le garder. Ce poisson appartient au lac, pas à moi. Comme il n'avait pas été blessé, il a rapidement repris le large. Pour que dure cette qualité de pêche en Estrie, il faut préserver les géniteurs. Autrement, nous allons court-circuiter le cycle de reproduction », suggère M. Sébire.

« C'est un message qui porte. J'ai capturé une truite de 14 livres quelques minutes après avoir vu Hugues remettre son trophée à l'eau. Qu'est-ce que vous pensez que j'ai fait? J'ai évidemment posé le même geste », raconte Philip Church, un des officiels du tournoi.

M. Church n'a pas souvenir qu'une aussi grosse grise ait été capturée durant le tournoi printanier du lac Massawippi au cours des 30 dernières années.

Ce n'est évidemment pas le record absolu du lac. À ce chapitre, l'esturgeon de 139 lb capturé en mai 1968 sera difficile à déloger!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer