Oh soleil, soleil...

Le soleil a mis du temps à prendre... (Photo courtoisie Philip Church)

Agrandir

Le soleil a mis du temps à prendre le dessus sur les jours gris, mais son ardeur des derniers jours permet d'espérer un rattrapage salutaire avant l'ouverture de la pêche, dans deux semaines. La glace du lac Massawippi a commencé à se fissurer.

Photo courtoisie Philip Church

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

Un pêcheur mettant les pieds à Lac-Mégantic est d'instinct attiré par le plan d'eau. J'y étais hier.

Ça sent beaucoup plus l'hiver que le poisson sur le bord du lac Mégantic à quinze jours de l'ouverture de la saison de pêche.

« La glace mesurait encore 32 pouces dans la baie, la semaine dernière. La pêche en bateau n'est pas pour demain », a blagué le conseiller municipal André Desjardins.

Les amateurs de pêche de la région de Lac-Mégantic prennent la chose avec philosophie, seuls les printemps exceptionnels leur permettent de mettre leurs embarcations à l'eau en même temps que tout le monde.

La taille impressionnante de blocs de glace accumulés dans le réservoir d'eau de la Ville de Sherbrooke qui est hors service depuis dimanche dernier n'est pas de nature non plus à alimenter l'espoir d'un matin d'ouverture sur des lacs à découvert.

« Je suis nettement plus optimiste que toi! Le soleil n'est au travail que depuis quelques jours, mais ses rayons sont ardents et je vois déjà une grosse différence. La glace a commencé à craquer et à bouger. Même si le printemps 2014 a aussi été tardif, j'étais assis dans mon bateau à l'ouverture l'an dernier et je pense qu'il en sera ainsi encore cette année » s'enthousiasme Philip Church, un riverain du lac Massawippi, en comparant les photos qu'il prend quotidiennement.

Les bénévoles du Club de conservation du lac Massawippi s'affairent à préparer le tournoi de pêche qui se déroulera du 24 avril au 3 mai. Toutes les informations pertinentes sont disponibles sur la page Facebook mise à jour par l'organisation. Cette dernière assure un suivi de l'évolution des glaces.

LES DINDONS SONT RARES

J'ai emprunté deux trajets différents pour l'aller-retour entre Sherbrooke et Lac-Mégantic, question de valider les courriels pas très optimistes que je reçois. Les dindons sauvages sont effectivement rares.

Habituellement, les attroupements d'une dizaine d'oiseaux sont légion à l'approche de la saison des amours. J'ai relevé un seul groupe aussi nombreux hier.

Autrement, quelques esseulés à gauche et à droite. Ça m'a tout l'air qu'on a perdu des joueurs durant l'hiver!

« J'ai été témoin de deux accouplements du même mâle avec deux femelles différentes. Quel beau spectacle », m'a signalé par courriel Luc Chamberland en cours de journée au travail.

Ça va prendre de l'ardeur de ce côté aussi...

La saison de chasse au dindon commencera également le 24 avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer