Le Collège Français se réveille

Au grand soulagement de son entraîneur Pierre Petroni,... (Photo collaboration spéciale, Denis Germain)

Agrandir

Au grand soulagement de son entraîneur Pierre Petroni, le gardien du Collège Français Kevin Darveau s'est montré efficace mardi lors du troisième match de la série finale de la LHJQ, et ce, spécialement en fin de partie alors que les Cougars dominaient le jeu outrageusement. Sur la séquence, il vole un but à l'attaquant Hugo Roy du Collège Champlain.

Photo collaboration spéciale, Denis Germain

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Longueuil) Le troisième match de la finale de la LHJQ aura été l'affaire du Collège Français. La défensive longueuilloise a enfin trouvé une façon de maîtriser les gros canons des Cougars. Avec ce revers de 5 à 3 des Sherbrookois, ces derniers voient leur avance se rétrécir à 2-1 dans cette ultime série.

«On est une équipe extrêmement offensive et ça fait du bien de compter quelques buts, parce qu'on ne se reconnaissait pas du tout lors des matchs 1 et 2 à Sherbrooke, a confié hier soir le gardien Kevin Darveau. De l'autre côté, les Cougars ont été beaucoup moins opportunistes.»

Édouard Michaud avait pourtant donné l'avance aux siens en milieu de première période lors d'un avantage numérique.

Posté derrière la ligne des buts, Michaud a tenté une passe devant la cage et la rondelle a dévié sur un défenseur adverse pour finalement pénétrer dans le filet.

Une 2e période fatale

La réplique du Collège Français a été sévère au second tiers. Cette poussée offensive a d'ailleurs débuté d'une bien drôle de façon.

Alors que la rondelle se trouvait partiellement dans le filet des Cougars, tous les joueurs dont le gardien Shawn Ouellet croyaient que l'arbitre avait arrêté le jeu.

Alexis Guilbault n'a eu qu'à pousser la rondelle dans une cage déserte devant tous ses adversaires figés. En fait, même le compteur a semblé surpris en voyant son but être accordé.

Ce même Guilbault en a rajouté deux minutes plus tard grâce à un tir franc dans l'enclave.

Vincent Chapleau et Maxime Guyon ont ensuite déjoué tour à tour la vigilance de Shawn Ouellet.

Heureusement pour les Cougars, Curtis Gass a conclu cette période cauchemardesque en enfilant l'aiguille alors qu'il ne restait que 3,6 secondes à la période.

«Le Collège Français a tout simplement travaillé plus que nous en étant agressif et en se retrouvant toujours en premier sur la rondelle au second tiers», a expliqué le pilote du Collège Champlain, Pascal Rhéaume, avant de quitter le Colisée Jean-Béliveau.

Regain de vie des Cougars

Avec une avance de deux buts, le Collège Français a été totalement dominé au dernier vingt.

En contrôlant le jeu en zone adverse, les Cougars ont réduit l'écart à un point grâce à Cédric Montminy.

Le Collège Champlain semblait avoir le vent dans les voiles. Mais avec un peu plus d'une minute à jouer dans la rencontre, Marc-Olivier Groleau a saisi une rondelle libre dans le coin de sa zone pour ensuite la lober dans un filet désert, mettant ainsi fin aux espoirs des Sherbrookois.

«On ne pourra pas gagner contre Longueuil en travaillant pendant seulement 20 minutes. Ils ne sont pas en finale pour rien. On a joué du hockey de rattrapage et les gars tentaient tous d'être l'auteur du but égalisateur et ont oublié de travailler ensemble», a remarqué Pascal Rhéaume.

Les deux équipes croiseront le fer pour une quatrième fois vendredi au Colisée Jean-Béliveau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer