L'engagement sera-t-il durable?

Il faudra dorénavant débourser 29,84 $ pour se... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Il faudra dorénavant débourser 29,84 $ pour se procurer un permis de pêche. La majoration de 6 $ (42 pour cent) ne réjouit personne mais au moins, le gouvernement Couillard n'a pas tardé à tenir sa promesse de réembaucher les 16 agents de protection de la faune délestés l'an dernier lors de compressions.

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les amateurs de pêche québécois ont subi le dégel du prix des permis avant que le printemps ne dégèle les plans d'eau. L'achat d'un permis de pêche coûte maintenant 29,84 $, une majoration soudaine de près de 6 $ ou de 42 pour cent.

Les chasseurs « passeront au cash » eux aussi avec des augmentations de l'ordre de 20 pour cent lors de l'acquisition des permis de petit gibier (23,96 $) et de l'original (72,57 $). Compte tenu de la trouée inquiétante dans le cheptel d'orignaux en Estrie, ça va devenir dispendieux de chasser de l'air!

La dernière majoration remontait à 2009. La précédente, à 1997. La bouchée n'est pas moins grosse parce qu'elle est plus rapprochée. Elle est supérieure au cumul de l'inflation des six dernières années.

En pompant 5 M $ de plus dans les proches des chasseurs et des pêcheurs, Québec haussera à 35 M $ les revenus provenant de la vente de permis. Cela représente environ le tiers du budget global de la Faune qui, au moins, ne subit pas cette année de recul important.

« Ces revenus additionnels seront réinvestis en consacrant notamment des ressources supplémentaires à la présence d'agents de protection de la faune sur le terrain », annonçait le budget Leitao.

Ce n'était pas que des paroles en l'air.

« Les 16 agents qui avaient été remerciés ont été rappelés. Il y en a 24 de plus qui s'amèneront en renfort sur le terrain à l'automne car les cours de formation, qui avaient été suspendus, reprennent à Duchesnay. J'ai été dur l'an dernier à l'égard du ministre Laurent Lessard, les impacts des compressions n'avaient plus aucun sens. Il faut aujourd'hui reconnaître que le réinvestissement est réel », relève le président du syndicat des agents de protection de la faune du Québec, Paul Legault.

Combien de temps cet engagement tiendra-t-il?

« Nous y veillerons », promet M. Legault.

Québec a modulé le prix des permis en reluquant ce qu'il en coûte chez nos voisins. Le permis de chasse à l'orignal est fixé à 40 $ pour un résident de Terre-Neuve-et-Labrador, à moins de 65 $ pour celui de l'Ontario mais à près de 82 $ au Nouveau-Brunswick.

Un non-résident devra débourser 480,80 $ pour chasser l'orignal au Québec. C'est onéreux, mais le même privilège coûte 619 $ au Nouveau-Brunswick.

Si le prix du permis de chasse au chevreuil n'est pas frappé par la hausse, c'est qu'il est déjà plus élevé qu'ailleurs. À 54,94 $, c'est quelques dollars de plus qu'en Ontario mais nettement au-dessus des 40 $ payés par nos voisins néo-brunswickois.

Quand on divise le prix d'un permis par le nombre d'heures consacrées à la pratique de l'activité, ce sont loin d'être les loisirs les plus dispendieux.

Pour la pêche, n'oubliez pas qu'un permis est « familial ». Il est valide pour le détenteur, son conjoint, les enfants de moins de 18 ans ainsi que pour les enfants qui, une fois devenus majeurs, peuvent présenter une carte attestant qu'ils sont encore aux études. La limite quotidienne applicable à tous est cependant celle d'un seul permis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer