Les tiques ont-elles de nouvelles cibles ?

Des citoyens de Scotstown ont aperçu des cerfs... (Photo Courtoisie Michel Chrétien)

Agrandir

Des citoyens de Scotstown ont aperçu des cerfs au pelage clairsemé, ce qui peut laisser croire qu'ils sont infestés de tiques d'hiver.  Ces impitoyables parasites, qui déciment nombre d'orignaux, ne s'attaquent habituellement pas aux chevreuils, signale-t-on au bureau régional de la Faune sans que l'on puisse cependant identifier la cause de cette anomalie.

Photo Courtoisie Michel Chrétien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

Les tiques d'hiver sont devenues une cause importante de mortalité chez les orignaux au Québec comme en Nouvelle-Angleterre tellement elles en vident de leur sang.

« Ces parasites s'attaquent-ils aussi aux chevreuils? Parmi les bêtes que j'aperçois derrière ma maison, il y en a deux dont le ventre est pelé », me demande un citoyen de Scotstown, Michel Chrétien, photo à l'appui.

Ex-agent de protection de la faune, Claude Gaudreau habite dans le même secteur. Il corrobore.

« Je les ai observés aussi avec mes lunettes d'approche. Ça regarde bien mal, même que ça m'inquiète. Les marques partent des cuisses jusqu'aux épaules. Les bêtes n'ont cependant pas l'air trop affaiblies », témoigne-t-il à son tour.

J'ai soumis le cas au biologiste Éric Jaccard, du bureau régional de la Faune.

« Il est bien difficile de se prononcer seulement à partir d'une photo. Bien que la tique d'hiver puisse affecter d'autres animaux que l'orignal, nous n'avons aucune mention à ce jour concernant des cerfs. Les autres espèces de tiques, plus fréquentes sur le cerf, sont généralement localisées et ne font pas ce genre de dommages.

« La fourrure est effectivement clairsemée, mais les plaques dégarnies sont très petites par rapport à ce que l'on voit chez les orignaux. Il ne faut pas exclure non plus la possibilité qu'il s'agisse d'une maladie de peau. Seul un examen de l'animal pourrait vraiment nous orienter », relève le biologiste Jaccard.

Les orignaux infestés sont tellement incommodés par les démangeaisons causées par les tiques qu'ils s'arrachent les poils en se grattant contre les arbres.

M. Jaccard suggère aux citoyens de Scotstown de ne pas hésiter à signaler d'autres anomalies.

« S'il s'agit de tiques, il est possible qu'il y ait des gouttes de sang sur la neige et peut-être même que certaines bestioles sont tombées au sol », ajoute M. Jaccard.

« Ça m'est arrivé une fois, en allant faire mes salines pour les orignaux au printemps, de revenir avec des tiques sur ma casquette. C'est sûr que, tout en étant prudent, j'ai l'intention de continuer à investiguer cela. Ce serait une très mauvaise nouvelle que les cerfs soient à leur tour pris pour cibles dans la région », de conclure Claude Gaudreau.

Déjà que les chevreuils en ont plein les bras avec l'hiver qui dure!

CONVERSATIONS DE SALON

L'occasion sera belle, en fin de semaine, pour se passer le mot d'ouvrir l'oeil à propos des tiques alors que les amateurs de chasse, de pêche et de plein air convergeront vers le Centre de foires de Sherbrooke pour le Méga Salon que nous suggère à nouveau cette année le promoteur Gaétan Mondou.

Les portes ouvrent dès midi aujourd'hui et ce, jusqu'à 17 heures dimanche. Tous les détails sur www.pourvoirie.net.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer