Peliwo n'a fait que passer à Drummondville

Philip Peliwo... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Philip Peliwo

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Philip Peliwo n'aura fait que passer cette semaine à Drummondville. Admis en tant que wild card le tennisman canadien s'est incliné, hier soir, face à la deuxième tête de série, Andreas Beck, par des manches expéditives de 6-2 et 6-1.

« C'est très désappointant. Ça va pourtant très bien lors des entraînements. J'essaie tellement fort pendant les parties, peut-être trop fort, analyse-t-il. Je crois que je devrais relaxer un peu, essayer de ne pas surjouer ».

Le Vancouvérois de 21 ans à peine estime avoir la force et la pression nécessaires pour rivaliser avec des joueurs comme Beck. Il devra toutefois adapter l'aspect mental de son jeu afin d'atteindre du succès.

« J'aurais pu le battre, j'ai obtenu des balles de bris tôt dans chacune des manches. Un point ou deux et tout aurait pu balancer de mon côté. J'ai eu mes chances, mais au lieu de marquer, j'ai commis des erreurs coûteuses », explique-t-il.

Peliwo donne tout de même crédit à l'Allemand qui a tout ce que ça prend pour remporter le Challenger. Il a joué avec constance et réussi les coups lorsqu'il le fallait. « Je lui ai rendu la tâche un peu trop facile », déplore toutefois le canadien.

OBJECTIF : LE TOP 100

Philip Peliwo s'entraîne en France depuis quelques mois et a accepté d'échanger quelques phrases avec La Tribune dans la langue de Molière. Il s'est d'ailleurs dit heureux d'avoir pu participer à un challenger de cette envergure au Québec.

« C'est vraiment beau comme complexe de tennis intérieur. Les gens sont très gentils et ça m'a permis de pratiquer mon français. C'est important puisque mes deux plus importants commanditaires sont français », dit-il

Le jeune athlète tentera de se frayer un chemin jusqu'à la carte principale des autres challengers et espère faire suffisamment bien pour se hisser parmi les 100 meilleures raquettes au monde. Il est actuellement 330e et a grimpé jusqu'au 228e rang en avril 2014.

VANNI TOMBE

Après Ruben Bemelmans (6), c'était au tour de Luca Vanni (3) d'être surpris au premier tour. Le troisième favori a été évincé du tournoi par le Belge Germain Gigounon en trois sets de 6-4, 5-7 et 6-3.

La logique a été respectée dans les autres affrontements. Le favori Lukas Lacko est venu à bout non sans peine d'Adam ElMidhawy issu des qualifications. La rencontre s'est soldée en deux manches de 7-5 et 6-4. Le Canadien Frank Dancevic se mesurera à Fritz Wolmarans au deuxième tour. Le Sud-Africain avait été éliminé, mais a obtenu un laissez-passer spécial à la suite de la blessure à Félix Auger-Aliassime.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer