Les pourvoiries à «l'ère Trivago»

Peut-être avez-vous déjà à votre agenda le Méga Salon de camping, chasse et... (Photo fournie)

Agrandir

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

Peut-être avez-vous déjà à votre agenda le Méga Salon de camping, chasse et pêche, qui se tiendra de jeudi à dimanche prochain au Centre de foires de Sherbrooke, pour aller magasiner votre excursion de pêche annuelle.

Pour les «pêcheurs de calendrier», le pèlerinage est à date fixe, avec sensiblement toujours le même groupe, et très souvent au même endroit. Une fidélité qui est de l'or pour les pourvoyeurs.

Car, pour d'autres profils de clientèle, le recrutement s'avère de plus en plus compliqué avec le courant de consommation qui prend de la force : on décide aujourd'hui et on débarque demain!

«C'est effectivement compliqué. Pas juste du point de vue technique, mais sur le plan des effectifs. Les journées de travail sont longues et exigeantes dans les pourvoiries une fois la saison commencée. Ce n'est pas évident de garder en plus un oeil sur l'ordinateur pour savoir combien de personnes souhaiteraient arriver le lendemain», décrit le président de la Fédération des pourvoyeurs du Québec, Marc Plourde.

On imagine le casse-tête pour 600 PME indépendantes, pour la plupart situées dans des secteurs isolés où la desserte en services est limitée, pour réussir à composer avec les habitudes de clients planifiant vacances ou activités récréatives à la dernière minute en réservant billets d'avion, hôtels et restaurants par internet.

«Nous n'avons pas les mêmes outils et le même personnel que la Sépaq, qui dispose d'un centre de réservation centralisé lui permettant de suivre la demande au jour le jour et d'offrir des spéciaux attrayants durant les périodes plus creuses. Ça nous rentre dedans, c'est certain», admet M. Plourde.

La Fédération des pourvoyeurs du Québec s'est toutefois dotée d'un site internet pratique et convivial pour le magasinage électronique. Les 5000 unités d'hébergement proposées aux adeptes de plein air sont classifiées suivant les critères objectifs du ministère du Tourisme.

La pêche demeure le plus grand générateur d'achalandage dans les pourvoiries. La clientèle domestique est en hausse de près de 30 pour cent depuis 15 ans. Les pêcheurs québécois compensent le recul significatif (40 pour cent) chez les clients étrangers.

«Notre marché primaire pour la pêche comme pour la chasse demeure celui du Québec. Nos membres diversifient l'offre d'activités pour rendre les séjours agréables et combler différentes attentes. Ce ne sont pas des années fastes, mais pas des années de misère non plus», rapporte le président.

La brochette d'une centaine d'exposants qui seront réunis du 19 au 22 mars lors du salon de Sherbrooke reflètera cette diversification. De grands noms de la pêche et de la chasse assureront à nouveau cette année l'animation des cliniques durant la fin de semaine.

Une multitude de prix de présence seront offerts, dont un séjour à Anticosti. Juste d'y penser fait rêver!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer