• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Une défaite qui fait sourciller au Tournoi Futures 

Une défaite qui fait sourciller au Tournoi Futures

Jarmene Jenkins... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Jarmene Jenkins

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Ce match de premier tour du tableau principal du Tournoi Futures de Sherbrooke ne devait être qu'une formalité. En toute logique, l'Américain Jarmene Jenkins première tête de série et 245 meilleure raquette au monde, ne devait faire qu'une bouchée de l'Allemand Sami Reinwein, classé au 1060e rang mondial.

En fait, il ne devait même pas y avoir de duel, tellement l'issue semblait claire avant que les joueurs ne fassent leur entrée au Centre récréatif Rock Forest.

En avance 6-0 et 3-1 à la deuxième manche, Jenkins démontrait les qualités qui ont fait de lui le lauréat du titre d'athlète de l'année dans la conférence Atlantique (Atlantic coast conference), alors qu'il jouait pour l'Université de la Virginie, il y a quelques années.

Imaginez, des athlètes comme Michael Jordan (1984), Tim Duncan (1997), Charlie Ward (1993-94) et Philipp Rivers (2004), avaient déjà remporté cet honneur.

Ajoutez à cela le fait qu'après sa première année complète chez les pros, en 2014, Jenkins affichait un meilleur classement mondial (193e) que Raphaël Nadal (200e en 2002). Rien de banal.

Mais, à 3-1 à la deuxième manche, Reinwein a brisé le service de Jenkins et la longue glissade s'est amorcée; doubles fautes, beaucoup d'erreurs directes, des signes évidents de frustration et même l'abandon ont qualifié la fin de ce match, qui s'est soldé par 0-6, 6-4 et 6-0 en faveur d'un Allemand aux oiseaux.

«Il a vraiment fait un super début de match. Il exécutait tout, sans erreur, je ne faisais que m'accrocher. En même temps, je ne jouais pas trop mal non plus, alors je me raccrochais à l'espoir qu'il ne pourrait maintenir le rythme au deuxième set. J'ai misé sur la stabilité et la constance et ce fut finalement payant», a indiqué le jeune homme de 22 ans dans un français impeccable.

«Par la suite, tout ce que je voulais, c'est remettre la balle en jeu et le faire jouer. Après le bris à 1-3 au deuxième set, il a commencé à paniquer, c'était évident, et j'en ai profité. Il a lâché complètement au troisième set. J'ai déjà battu des premières têtes de série, auparavant, et c'est toujours plus facile en ouverture de tournoi. C'est la bonne occasion, tout le monde est un peu nerveux et doit s'habituer à un nouvel environnement. Une fois ce premier match passé, ces favoris sont plus difficiles à vaincre.»

Originaire du sud de l'Allemagne, Sami Reinwein a déménagé sa raquette à Nice, où l'encadrement d'un entraîneur français a facilité son intégration française.

La semaine dernière, à Gatineau, il n'a pas franchi le deuxième tour.

Il espère que son parcours sera plus long à Sherbrooke, lui qui a posé les pieds pour la première fois au Canada il y a quelques semaines.

«Sérieux, le froid, je ne sais pas comment vous faites. À Nice, on ne se casse pas la tête, c'est en shorts et en sandales presque tout le temps. Ici, j'ai dû emprunter le manteau de mon entraîneur!»

Les idées ailleurs

Jarmene Jenkins ne semblait pas se formaliser outre mesure de cette contre-performance.

Il a débuté en confirmant qu'aucune blessure n'expliquait sa baisse de régime en fin de match, surtout son évidente absence lors du dernier set, perdu 6-0.

«Il a bien joué, il a amélioré son jeu à compter de la moitié du deuxième set. Je n'ai pas pu faire de même», a-t-il dit, les yeux constamment fixés sur son téléphone intelligent.

S'il ne semblait pas découragé, il a tout de même non seulement confirmé sa présence à Drummondville pour le Challenger, mais précisé que c'était le but principal de son voyage au Québec, après les Futures de Gatineau (éliminé en quarts) et de Sherbrooke.

Chose certaine, ils étaient plusieurs du comité organisateur à se gratter la tête en guise d'interrogation à l'issue de cette fin de match, disons, un peu décevante pour une première tête de série.

10 h

Pavel Krainik (CAN ) c.

Eric Quigley (USA )

Filip Veger (CRO ) c.

Benjamin Sigouin (CAN )

13 h

Marek Michalicka (#7) c.

David Volfson (CAN )

16 h

Filip Peliwo (CAN ) c.

Alexis Galarneau (CAN )

18 h

Philip Bester (CAN ) c.

Viktor Krustev (CAN )

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer