Neuf médailles en haltérophilie

Alexis Métivier-Ferland et William Poirier... (Photo fournie, Éric Beaupré)

Agrandir

Alexis Métivier-Ferland et William Poirier

Photo fournie, Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Le nombre de médailles de l'Estrie a presque doublé au cours de la journée de mercredi (passant de 18 à 34) et c'est en grande partie grâce à la tenue des haltérophiles qui ont récolté un total de neuf médailles, dont trois d'or.

William Poirier a été le plus fort chez les 56 kg, remportant les épreuves d'arraché et d'épaulé-jeté, en plus du combiné. À l'arraché, il a réussi à soulever une charge de 72 kg, soit 3 kg de plus que son record personnel. À l'épaulé-jeté, il s'est contenté d'une seule tentative, soulevant 82 kg, un de plus que son plus proche poursuivant.

« Il a obtenu trois médailles d'or et il les a méritées, estime l'entraîneur de William, qui est aussi son père, Gilles Poirier. Il s'est entraîné fort tout l'été et il est arrivé ici fin prêt et en possession de ses moyens. »

Poirier a devancé son coéquipier Alexis Métivier-Ferland dans les trois disciplines. Ce dernier a permis à l'Estrie d'obtenir trois nouvelles médailles d'or. Puis, un peu plus tard, Andrée-Anne Guénin a pris la deuxième place tant à l'arraché qu'à l'épaulé-jeté et au combiné des deux épreuves afin d'ajouter trois autres médailles d'argent.

L'entraîneur Poirier s'attend à ce que ses protégés remportent au moins une demi-douzaine d'autres distinctions dans les autres catégories de poids, ce qui permettrait de battre le record de la région pour le nombre de médailles dans cette discipline. En 2009, l'Estrie en avait amassé 12.

« Nous étions en reconstruction il y a deux ans, mais nous comptons maintenant sur un bon groupe d'athlètes composé de vétérans, ainsi que de bons jeunes qui seront de retour aux prochains jeux. C'est encourageant », indique l'instructeur.

Une histoire de passion

Haltérophile de calibre international de 1976 à 1988, Gilles Poirier a décidé d'enseigner son art aux jeunes lorsqu'il a pris sa retraite. Ça fait maintenant plus de 25 ans qu'il est l'entraîneur de l'Estrie lors des Jeux du Québec. Il fait également partie de l'équipe d'instructeurs aux Jeux du Canada, aux Jeux Pan-Am et aux Jeux du Commonwealth, pour ne nommer que ceux-là.

« Pour moi, c'est une question de passion pour le sport. J'ai un emploi à temps plein, je ne fais pas que ça de ma vie. J'adore travailler avec les jeunes et leur apprendre les rudiments de la discipline », dit-il.

Quatre médailles en judo

En plus des neuf médailles en haltérophilie, l'Estrie a garni sa banque de quatre médailles en judo, dont une d'or, gracieuseté de Léa Roy. William Côté et Sarah-Maude Morin sont également montés sur la plus haute marche du podium en patinage de vitesse et en ski alpin, respectivement. Morin a également mis la main sur une médaille d'argent au cours de sa journée à Orford.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer