Blessure d'Alexis Vanier : un mal pour un bien?

Alexis Vanier est hors-service pour le reste de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Alexis Vanier est hors-service pour le reste de la saison et les séries éliminatoires.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COMMENTAIRE) Personne n'osera le dire ouvertement chez le Phoenix de Sherbrooke, mais la luxation à l'épaule d'Alexis Vanier, hors-service pour le reste de la saison et les séries éliminatoires, pourrait s'avérer une très bonne nouvelle afin de combler les objectifs à moyen terme du club.

L'organisation sherbrookoise, même s'il est évident qu'elle ne cracherait pas sur un long parcours en séries dès cette année, n'a jamais caché qu'elle tablait sur les ans 4 et 5 de son existence pour accéder aux grands honneurs de la LHJMQ. En ce sens, la blessure de Vanier, un athlète au gabarit imposant qui affectionne le jeu physique et qui est doté d'un puissant lancer, vient possiblement lui assurer de pouvoir compter sur l'un des meilleurs défenseurs de 20 ans patrouillant les lignes bleues du circuit Courteau l'an prochain.

Les Sharks de San Jose bénéficient de deux ans pour offrir un premier contrat à l'arrière de 6'5» et 214 lb, sélectionné au 4e tour par l'organisation californienne lors du dernier encan annuel de la LNH.

Sachant que Vanier s'est blessé à la même épaule que l'an dernier, blessure qui l'avait forcé à subir une arthroscopie l'obligeant également à rater le tournoi printanier avec le Drakkar de Baie-Comeau, il serait surprenant de voir les Sharks lui consentir un contrat en 2015 même s'il devait connaître un excellent camp d'entraînement.

En entrevue jeudi, le numéro 3 du Phoenix soulignait que sa blessure l'empêchait de mettre en valeur toutes les qualités qui lui ont permis d'être repêché.

« Je ne pouvais plus faire de lancers frappés, je ne pouvais plus plaquer, je ne pouvais plus tirer, je ne pouvais plus me battre; j'étais limité dans tout ce que je fais de mieux », a-t-il déploré à juste titre.

Il est donc beaucoup plus probable que la formation californienne retourne son protégé à son club junior afin de s'assurer que l'épaule de ce dernier soit complètement rétablie et qu'elle tienne le coup une saison en entier avant de le signer ensuite au cours de l'été.

Le sport professionnel est avant tout un business se plaisent à répéter les bonzes du hockey. Il s'agit donc d'un business qui pourrait s'avérer payant pour le Phoenix de Sherbrooke, mais un business reposant essentiellement sur la solidité de l'épaule d'Alexis Vanier, qui restera à prouver.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer