Nouveau chapitre pour Samuel Giguère

Samuel Giguère...

Agrandir

Samuel Giguère

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) « Je ne suis plus le p'tit gars de 23-24 ans que ça ne lui dérangeait pas de signer un contrat n'importe où. Il y a désormais plusieurs facteurs qui comptent, maintenant, là où je suis rendu dans ma vie. Et là, les Alouettes étaient la meilleure option. »

Ils étaient nombreux les partisans des Alouettes de Montréal à espérer que l'équipe montréalaise repêche le receveur vedette du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke, à son année d'admissibilité au repêchage de la LCF, en 2008.

Ce sont les Tiger Cats qui ont plutôt choisi Giguère, au huitième rang du repêchage, tout en sachant pertinemment que le Sherbrookois allait plutôt opter pour la NFL et les Colts d'Indianapolis. Ces derniers lui avaient offert un contrat à titre de joueur autonome un peu plus tôt. Avant de joindre les rangs de la LCF en 2012, le Sherbrookois a passé deux saisons avec les Colts d'Indianapolis disputant une rencontre au cours de laquelle il a retourné cinq bottés d'envoi pour des gains de 122 verges. Il a aussi passé une saison sur l'équipe d'entraînement des Giants de New York en 2011.

Et ce n'est que jeudi, quelques jours après le début de la période des agents libres que Giguère est devenu un Alouette.

« Il y a un paquet de facteurs qui ont milité pour en arriver à cette décision; jouer au Québec fut le principal. Pour moi, où j'en suis rendu dans la vie, avec une petite fille qui va avoir quatre ans lors de la prochaine saison et une femme qui a une vie professionnelle ici, tout ça a fait en sorte que Montréal était un choix logique », a expliqué l'ancien numéro 11 des Tiger Cats.

Outre la proximité de la famille, ce que Giguère a vu des Alouettes au cours de la dernière année l'a fortement impressionné.

Il confirme également que la présence chez les Alouettes de son ancien entraîneur-chef chez le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke, André Bolduc, a également pesé lourd dans la balance.

« Les Alouettes, c'est l'équipe que je préférais quand j'étais petit, dont je rêvais de porter l'uniforme. C'est aussi une équipe qui a fait beaucoup de changements l'an dernier, des changements qui ont rapporté en deuxième moitié de saison. Même en séries, alors qu'on les a éliminés, je considère qu'ils avaient joué un meilleur match que nous. Aussi, la présence d'André, le retour avec l'équipe d'Anthony Calvillo et l'émergence de Jonathan Crompton, tout ça est positif et confirmait mon choix. »

« Je ne connais pas Crompton personnellement, mais c'est un quart qui ne manque pas de sang-froid. Il n'a pas peur de lancer la balle malgré les risques, malgré les blitz et les chances de se faire frapper. Tu comprends alors qu'il est prêt à aller à la guerre; tu es porté à en faire plus sur le terrain pour l'épauler. Il m'a impressionné », a-t-il analysé.

En trois saisons avec les Tiger Cats, Samuel Giguère a capté 116 ballons pour des gains totaux de 1543 verges (moyenne de 13,3 verges par attrapé) et trois passes de touché.

Hamilton a participé à la grande finale de la Coupe Grey à deux reprises lors de son passage en Ontario, s'inclinant contre la Saskatchewan et Calgary.

Maintenant, avec les Alouettes, Giguère aura la chance d'évoluer à la position de receveur intérieur, ce qui lui était rarement possible avec les Cats, à cause de la présence d'Andy Fantuz devant lui.

Mais le Sherbrookois sait qu'il devra mériter ses galons.

« On m'a dit que c'était à ma portée; en même temps, il n'y a pas une équipe qui va faire des promesses et assurer un poste comme ça. Je ne m'attendais pas à ce qu'on me dise oui tout de suite. Je dois mériter ma place sur le terrain, lors des entraînements et des matchs, en travaillant en conséquence. » C'est, également, d'un commun accord, que les deux parties ont opté pour une entente d'un an. Afin de voir si tout colle.

« Je suis rendu là dans ma carrière; bien honnêtement, j'ai bon espoir que les Alouettes seront ma dernière équipe. En même temps, on ne sait jamais ce qui peut se passer, il n'y a jamais de garantie. On va réévaluer tout ça à la fin de la prochaine saison », a-t-il expliqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer