Perno sent le vent tourner

Après presque trois saisons complètes où ses filles... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Après presque trois saisons complètes où ses filles ont encaissé 44 défaites consécutives, l'entraîneur de la formation féminine de basket-ball des Gaiters Alex Perno sent que le vent se met enfin à souffler dans les voiles de son programme.

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La formation féminine de basket-ball des Gaiters n'a toujours pas enregistré une victoire depuis 2011-2012. Mais ça n'empêche pas l'entraîneur-chef Alex Perno d'envisager les quatre derniers matchs de la saison avec un enthousiasme renouvelé.

Après presque trois saisons complètes où ses filles ont encaissé 44 défaites consécutives, Perno sent que le vent se met enfin à souffler dans les voiles de son programme.

Non seulement ses jeunes joueuses prennent de l'expérience qui leur faisait cruellement défaut, ce dernier est parvenu à mettre le grappin sur Maude Archambault, une semaine après avoir convaincu Charlène Pettigrew et Alexandra Éthier, des Lynx du Collège Édouard-Montpetit de faire de même. Ces trois athlètes de niveau collégial AAA devraient changer passablement le visage de sa formation en 2015-2016.

«Charlène, c'est la meilleure ailier qui sortait du AAA cette année et c'est nous qui l'avons eue. On est vraiment contents. Alexandra Éthier est une autre excellente ailier tandis que Maude Archambault est la meilleure pointeuse du Collège Montmorency, qui est sans doute le meilleur programme au Canada. Ça en dit long.»

«Et j'essaie toujours de faire signer deux autres joueuses», ajoute Perno, sourire en coin.

«On est en train de virer ça de bord.Il faut seulement être patient.»

- Alex Perno

L'entraîneur ne s'en est jamais caché, le manque de stabilité et d'expérience chez les joueuses actuelles a fait la vie dure aux Mauves au cours des dernières saisons.

«Ce sont majoritairement des filles de AA qui doivent assumer le niveau universitaire dès leur première année. La marche est haute et c'est très difficile. Et nos gros joueurs sont rarement là...»

Loin de mettre le blâme uniquement sur ses protégées, Alex Perno soutient que les entraînements pourront aussi passer au niveau supérieur l'an prochain. Pas moins de quatre entraîneurs adjoints s'ajouteront à lui pour remettre les Lady Gaiters sur les rails. L'alignement complet demeure à officialiser, mais l'ancienne joueuse Catherine Rondeau devrait en faire partie, ainsi qu'un «excellent entraîneur provenant de l'extérieur», soutient Perno.

«Il y a de quoi de concret qui se prépare. Est-ce que l'an prochain on va gagner un Championnat national? Non. Mais on est en train de virer ça de bord. Il faut seulement être patient.»

Ce qui ne signifie pas pour autant qu'il a jeté l'éponge pour cette saison se défend l'instructeur, dont l'équipe sera en action contre les Stingers de Concordia et les Redmen de McGill, vendredi et samedi à partir de 18 h, au Centre sportif de l'Université Bishop's.

«Si on peut avoir un peu de stabilité, on pense encore qu'on peut aller chercher une victoire d'ici la fin de l'année. À part le dernier match, les rencontres étaient serrées. On a des joueuses qui ont du coeur.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer