Le chant du cygne pour Bezeau

Le changement de critères concernant l'accès à l'équipe... (Université de Montréal)

Agrandir

Le changement de critères concernant l'accès à l'équipe canadienne a forcé Christopher Bezeau à se retirer de la natation et poursuivre d'autres passions.

Université de Montréal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Christopher Bezeau a commencé la nage de compétition à l'âge de six ans. Près de 18 ans plus tard, le Sherbrookois tire sa révérence avec une feuille de route plutôt bien remplie.

Même s'il visait les Jeux olympiques il n'y a pas si longtemps, Christopher Bezeau a fait un choix déchirant.

Ne croyant plus en ses chances de participer aux Jeux de Rio en 2016, le nageur a décidé récemment de se retirer de la compétition.

«Il s'agit d'une grosse décision, dit-il. Mais je suis convaincu que c'est la bonne. Je suis bien là-dedans. Je suis fier de ce que j'ai accompli. Mais j'aurai toujours une petite déception : celle de ne pas avoir atteint le but ultime. Les Jeux olympiques, c'était mon rêve. Je l'ai presque atteint, mais je crois que je suis arrivé au sommet de ce que la natation pouvait m'apporter.»

Standards modifiés

Il y a un an presque jour pour jour, Bezeau revenait à la compétition plus déterminé que jamais après avoir pris un congé sabbatique.

S'il n'avait pas réussi à percer l'équipe nationale et avait échoué dans sa tentative de prendre part aux Jeux de Londres, il semblait alors résolu à atteindre son objectif en 2016.

Le changement de critères concernant l'accès à l'équipe canadienne l'a cependant forcé à se retirer.

«L'an dernier, j'ai connu une excellente saison avec les Carabins de l'Université de Montréal. J'ai effectué mon meilleur temps à vie. J'ai même brisé les records universitaires des Carabins en plus d'avoir établi une nouvelle marque provinciale. Mais quand j'ai pris connaissance des nouveaux standards, je me suis découragé.»

Pour obtenir une place au sein de l'équipe nationale, il devait auparavant toucher le mur en premier au 100 m papillon.

Cette fois, il aurait dû faire mieux que le temps de 52,2 secondes, c'est-à-dire le record canadien.

«Dans un bassin de 50 m, j'ai déjà effectué le 100 m papillon en 54,6 secondes. Retrancher deux secondes à mon record personnel, c'est énorme. J'ai vu plusieurs coéquipiers arrêter la compétition à cause de ce nouveau standard. Ça m'a amené à réfléchir à mon tour. J'ai alors voulu miser le tout pour le tout en allant m'entraîner à Toronto, mais j'ai compris que tout ça était irréaliste», raconte le nageur.

Bezeau n'avait donc plus la tête à l'entraînement.

«Si je voulais demeurer honnête avec moi-même, je devais prendre cette décision. J'ai terminé la saison universitaire afin de faciliter la transition vers ma nouvelle vie. J'ai changé d'université et je suis maintenant inscrit à l'UQAM au certificat en administration immobilière. J'ai une nouvelle passion et je compte m'y investir à cent pour cent.»

De beaux souvenirs

Bezeau gardera en mémoire d'excellents moments. Sa plus grande réalisation selon lui? Sa médaille de bronze aux Jeux olympiques jeunesse en Australie.

«Je suis aussi fier d'avoir réalisé de nouveaux records. Réécrire l'histoire, c'est toujours plaisant! Mais avant tout, je suis fier de ce que la natation a pu m'apporter. C'était une belle école de vie pour moi», conclut-il avant de remercier le Club de natation de Sherbrooke, ses coéquipiers, le centre national, l'organisation des Carabins et surtout, ses parents.

«Ils ont été géniaux avec moi!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer