• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Loïc Beaulieu : une autre médaille au bout de l'épée 

Loïc Beaulieu : une autre médaille au bout de l'épée

Grâce à sa médaille de bronze obtenue aux... (IMACOM, René Marquis)

Agrandir

Grâce à sa médaille de bronze obtenue aux Jeux panaméricains, Loïc Beaulieu s'est assuré de conserver sa place au sein de l'équipe nationale, ce qui lui donnera le droit de prendre part au Championnat du monde en Ouzbékistan dans environ deux mois.

IMACOM, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Des médailles, Loïc Beaulieu en a une tonne dans sa collection. Mais depuis quelque temps, elles sont plus difficiles à obtenir. Non pas parce que l'escrimeur sherbrookois régresse, au contraire. Mais bien parce que le niveau de compétition devient de plus en plus relevé.

C'est aux Jeux panaméricains que l'épéiste a remporté sa dernière médaille chez les cadets, mercredi à Toronto. Cette fois, elle est de couleur bronze.

Loïc Beaulieu s'est ainsi assuré de conserver sa place au sein de l'équipe nationale, ce qui lui donnera le droit de prendre part au Championnat du monde en Ouzbékistan dans environ deux mois.

Et ce, peu après sa participation à la Coupe du monde de Krakow en Pologne, qui avait lieu en janvier dernier.

«Pour être franc, j'espérais mieux aux Jeux panaméricains, confie Loïc Beaulieu. Je visais le premier rang parce que je savais que j'avais des chances. Je suis fier de ma compétition, sauf de ma défaite évidemment puisque j'ai perdu le contrôle durant ce duel.»

Son prochain défi deviendra le plus important de sa jeune carrière. Âgé de 16 ans, Loïc Beaulieu se mesurera bientôt aux meilleurs épéistes au monde.

«Je ne sais pas à quoi m'attendre. Je serai assez impressionné une fois rendu sur place. Toutefois, mes récents résultats me portent à croire que j'ai bien fait d'opter pour l'épée et de me spécialiser dans cette branche de l'escrime. J'ai aussi modifié mon style dernièrement, en préférant la prise française plutôt que la prise de type pistolet», explique l'athlète.

Celui qui rêve aux Jeux olympiques changera aussi de club bientôt en quittant Sherbrooke pour se diriger vers la ville de Québec.

«Loïc possède tout un potentiel, assure l'un de ses entraîneurs, Daniel Coulombe. Je ne crois pas avoir vu un escrimeur avec un aussi beau pedigree en région. Après tout, il est le champion canadien et il a terminé au sixième rang en Pologne, ce qui n'est pas rien. Il connaît une saison exceptionnelle. Espérons que ça se poursuive en avril.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer