• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Sébastien Jacques: des ondes positives juste avant une délicate chirurgie 

Sébastien Jacques: des ondes positives juste avant une délicate chirurgie

Sébastien Jacques... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Sébastien Jacques

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) À quelques jours de son départ pour la Californie, Sébastien Jacques a pu faire le plein d'ondes positives avant d'entamer le plus grand match de sa vie.

L'ancien espoir de tennis, qui doit subir une délicate chirurgie le 12 février prochain afin qu'on lui retire un kyste situé près de sa glande pinéale, dans le cerveau, a fait fi de la fatigue et autres maux occasionnés par ce dernier pour récupérer le Victor « Coup de coeur » lors du 34e Mérite sportif de l'Estrie qui se tenait hier à l'Hôtel Delta de Sherbrooke. Même s'il ne venait pas de célébrer l'une de ses victoires sur un court, le Magogois de 26 ans a été chaudement ovationné au moment de monter sur scène.

« Aujourd'hui c'est la cerise sur le sundae de voir tout le monde. C'est sûr que j'aimerais mieux ne pas avoir à vivre ça en ce moment, mais l'appui que j'ai depuis trois semaines est incroyable. Je n'aurais pas manqué ça pour rien au monde. Je suis très honoré », souligne celui qui revendique notamment une victoire contre Milos Raonic chez les juniors.

Après avoir recherché un spécialiste prêt à l'opérer pendant plus de trois ans, alors qu'on lui suggérait d'apprendre plutôt à vivre avec sa situation, et que son entourage soit parvenu à amasser les 80 000 $ nécessaires à l'opération et aux coûts collatéraux, Sébastien Jacques attend maintenant le jour J avec une certaine sérénité.

« Ça me stressait beaucoup plus de parler aux gens que de subir l'opération! Le plus dur c'était de ramasser les fonds, mais là je suis très relax, confie-t-il.

À l'image des athlètes d'élite, qui trouvent le moyen de rehausser leur jeu d'un cran lors des moments les plus importants, rien ne semble vouloir ébranlé la confiance du nouveau Victorien dans sa quête de retrouver un état normal.

« La veille de l'opération je vais peut-être être un peu plus nerveux, mais dans n'importe quoi dans la vie, on ne choisit pas ce que la vie nous réserve, mais on choisit comment on réagit aux situations. Si on garde espoir, qu'on reste positif et qu'on sourit à la vie, on peut surmonter les défis », résume le Victorien.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer