La cuisinière d'autrefois sur la glace

La dernière chronique nous amenait dans le cercle des pêcheurs fringants et... (Photo fournie)

Agrandir

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

La dernière chronique nous amenait dans le cercle des pêcheurs fringants et entreprenants, qui utilisent les nouvelles techniques de prospection pour repérer le poisson même en hiver.

Y'a du plaisir pour tous sur un lac figé, y compris lorsque la pêche n'est que prétexte pour vivre une journée de plein air en famille ou entre amis.

Le lac Memphrémagog n'a pas de village de pêche de la taille de celui de Sainte-Anne-de-la-Pérade mais son hameau s'agrandit d'année en année dans la baie de Magog. Pas besoin d'ailleurs de se rendre dans le paradis des petits poissons des chenaux pour marier le chaud et le froid.

« Je n'avais que deux cabanes en location au début alors que j'en offre maintenant six. Il y a de la demande pour les familles et pour les groupes. Très souvent, il s'agit de non-initiés qui veulent vivre une expérience de pêche blanche sans trop se compliquer la vie. Nous leur offrons simplicité et confort » raconte le propriétaire de l'entreprise Les excursions l'AIR du lac, Jean Longpré.

Le « capitaine Longpré » propose depuis plusieurs années en été des excursions de pêche et des sorties en ponton.

« Je suis un ancien travailleur d'Olymel. Lorsque l'usine a fermé, j'ai décidé d'élargir mon rayon pour être actif à longueur d'année. Bien que ce soit beaucoup de travail, j'ai du plaisir et les choses vont bien. »

Les cabanes de pêche de M. Longpré ressemblent à de petits chalets. L'apparence extérieure et l'aménagement intérieur sont soignés. Le poêle à bois est une cuisinière d'autrefois.

« Non seulement nos clients ont-ils de quoi se protéger du froid, ils peuvent se préparer des repas chauds. Ça crée une toute autre ambiance. Pour certains, le plaisir est de pêcher. Pour d'autres, c'est tout simplement de fraterniser. Nous avons reçu le week-end dernier des étudiantes du Collège de Stanstead. L'une d'elles venait du Mexique et n'avait jamais marché sur un lac gelé. C'est une belle activité à proposer aux visiteurs pour leur faire apprécier notre hiver québécois sans les traumatiser avec le froid », soutient M. Longpré.

Les coûts de location varient en fonction de la capacité d'accueil d'une cabane. Calculez autour de 35 $ par personne pour une journée (de 8 h à 16 h), incluant les lignes et le creusage de trous pour pêcher.

Le village de pêcheurs est beaucoup plus dense sur la portion américaine du lac Memphrémagog. Ce n'est toutefois pas un objectif que caresse M. Longpré.

« C'est effectivement plus populaire du côté américain. Peut-être que ça pourrait le devenir ici aussi. Ça commanderait cependant pas mal d'efforts en développement de marché. Personnellement, je n'ai pas de tel projet d'expansion. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer