• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Jacques Villeneuve : «Comme vous voyez, je pète le feu» 

Jacques Villeneuve : «Comme vous voyez, je pète le feu»

Jacques Villeneuve... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Jacques Villeneuve

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Christine Bureau
La Tribune

(Valcourt) Le Grand Prix de Valcourt a renoué avec son ambassadeur fétiche, Jacques Villeneuve. Malgré quelques livres en moins et un cancer de l'estomac qui le tenaille depuis un an, le pilote de Saint-Cuthbert s'est montré enthousiasme.

« Comme vous voyez, je pète le feu. Tout est bien là comme à l'habitude, je n'ai pas de problème avec ça. Le cancer, on l'a scanné deux fois après les huit traitements de chimio qu'on a fait. Ça a rapetissé de moitié la première fois et un autre 75 % la deuxième fois. Il reste des taches, mais c'est en réduction », a-t-il expliqué aux journalistes lors de la conférence de presse de mercredi.

Ce qu'il veut surtout, c'est faire de la motoneige, sans rien « anticiper » sauf d'avoir hâte de tester son moteur sur l'ovale de glace de Valcourt. Un moteur qu'il a entièrement « créé », une première dans sa carrière. « J'ai été surpris. Ce moteur-là nous a fait tomber en bas de notre chaise. Il est de bonne humeur et on ne sait pas pourquoi », a-t-il lancé. 

Le pilote de 61 ans est également revenu sur l'incident qui l'a fait quitter Valcourt l'an dernier avant la finale. « Ça a passé sur le dos de Valcourt, mais c'est moi qui était tanné de ce qui se passait. La machine ne performait pas, je ne performais pas et je n'étais pas pantoute de bonne humeur », raconte-t-il.

Sur l'ovale de glace, il faudra aussi compter sur la présence du jeune Steven Marquis, âgé de 17 ans, et de Sabrina Blanchet. La jeune pilote est de retour cette année, après avoir manqué le GPV l'an dernier à cause d'un bris mécanique qui lui a valu un séjour à l'hôpital, le jeudi précédant les compétitions.

Du côté du snocross, le québécois Danny Poirier - champion en titre de la série américaine East Coast Snocross (ECS) - s'est montré confiant pour le GPV. L'an dernier, il a terminé en troisième position en finale. « L'an dernier, on n'a pas eu de bons départs. On s'était perdu un peu dans nos ajustements. Ça arrive, mais on va essayer de ne pas faire ça cette année », a-t-il assuré.

Le Grand Prix de Valcourt aura lieu les 20, 21, 22 février. Plusieurs activités familiales se dérouleront en parallèle au Musée J. Armand Bombardier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer