• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Le Victor spécial est décerné à... Marcel Toulouse 

Le Victor spécial est décerné à... Marcel Toulouse

Marcel Toulouse... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Marcel Toulouse

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Ils sont plutôt rares les boxeurs qui présentent une fiche de deux victoires en 11 combats et qui peuvent se vanter de faire carrière dans ce sport.

Pourtant, Marcel Toulouse n'a peut-être jamais connu un palmarès très reluisant, lui qui continue d'essayer, pince-sans-rire, de faire « taire les langues sales » qui lui imputent une fiche de 18 défaites en 13 combats, ça ne l'a pas empêché de rouler sa bosse depuis plus de 40 ans près des rings.

« Je n'ai pas une bonne fiche en tant que boxeur, mais je n'ai jamais lâché! En tant qu'entraîneur j'ai eu beaucoup plus de victoires que de défaites! » se défend le nouveau récipiendaire du Victor Spécial Desjardins, remis annuellement à une personnalité estrienne qui a marqué le milieu sportif.

Le nouveau Victorien sera honoré mercredi prochain, à l'occasion du 34e Gala du Mérite sportif de l'Estrie qui se tiendra à l'Hôtel Delta de Sherbrooke.

« C'est peut-être l'honneur suprême qu'on peut nous donner dans la région, en Estrie. Je rêvais de peut-être un jour être reconnu. C'est la cerise sur le gâteau », se réjouit celui qui a fondé le Club de boxe de Sherbrooke en 1975 en compagnie de Pierre Gagné.

Au cours de son parcours s'étalant sur cinq décennies, Marcel Toulouse a non seulement contribué à développer la boxe à Sherbrooke en mettant notamment en place un programme sports-étude et en organisant des galas, mais il a su développer une expertise d'entraîneur au niveau national qui lui a ouvert les portes du Temple de la renommée de la boxe olympique en l'an 2000. Loin d'avoir lancé la serviette. Il agit toujours comme vice-président du c.a. de la Fédération québécoise de boxe et comme trésorier de l'Association canadienne de boxe amateur.

« M. Toulouse a sorti la boxe des ghettos et il a fait en sorte que tout le monde puisse pratiquer ce sport. S'il y a de la boxe à Sherbrooke, le comité des sages pense qu'il en est responsable », a souligné le collègue et président du Mérite sportif, Jean Arel.

Même s'il est déjà parvenu à organiser des galas à Sherbrooke qui avaient pour têtes d'affiche des noms tels que Éric Lucas, Stéphane Ouellette ou les frères Hilton, Marcel Toulouse se remémore un autre événement, lorsque questionné sur ce qui l'a rendu le plus fier au cours de toutes ces années.

« Je dirais que c'est en 1990 où on a vraiment monté une marche avec le Club de boxe. On avait quatre nominations et on les a toutes remportées. François Cabana a été la révélation de l'année, Jean-Paul Ricard l'officiel par excellence, Robert Guimond l'entraîneur par excellence et moi j'étais le bénévole par excellence. »

Qu'à cela ne tienne, Marcel Toulouse préfère regarder en avant. Il se plaît à songer à un éventuel championnat provincial tenu à Sherbrooke, et peut-être même y développer une compétition annuelle.

« On a le droit de rêver, parce qu'on a de bons boxeurs, on a de bons entraîneurs qui se forment continuellement et qu'on a d'excellents bénévoles qui ont déjà l'expérience des compétitions », résume le nouveau Victorien, qui succède à Guy Vézina.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer