Vincent Gagnier couronné aux X Games

Vincent Gagnier... (Photo fournie)

Agrandir

Vincent Gagnier

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Neuf mois après avoir subi une grave blessure au dos qui aurait pu compromettre sa carrière, le Victoriavillois Vincent Gagnier a grimpé sur la plus haute marche du podium des X Games, ce week-end à Buttermilk au Colorado, dans la catégorie Big Air.

« Je ne pouvais pas marcher il y a neuf mois après m'être brisé le dos à Grand Targhee. De participer aux X Games était ma principale motivation pendant mon long processus de rétablissement. Je ne me suis jamais senti aussi bien », affirme l'athlète de 21 ans.

Alors que la majorité des autres finalistes se sont lancés dans des figures comptant des triples flips, Gagnier a décidé d'opter pour un style et une approche unique. Il a récolté des notes de 44 et de 47 pour un total de 91 en faisant des sauts appelés double bio 1620 double Genie-to-safety et double bio 1620 double Genie-to-Octo grab. C'était la première fois qu'il réussissait ce tour.

« J'ai fait deux figures que je n'avais jamais essayées avant et elles ont réussi toutes les deux. En fait, j'ai juste ajouté un grab à la fin du saut. Ce n'était pas si compliqué », explique le skieur.

Il a devancé au fil d'arrivée l'Américain Bobby Brown et le Suisse Elias Ambühl. Le vainqueur de l'an dernier, Henrik Harlaut n'a pas été en mesure de défendre son titre. Il s'est blessé lors de la finale de Slopestyle. Il devra soigner une commotion cérébrale ainsi qu'une clavicule cassée. Bon nombre de skieurs ont été victimes de vilaines chutes au cours du week-end.

Vincent Gagnier, que les gens surnomment Vinnie Cash dans le monde du ski acrobatique répète ainsi l'exploit accompli par son frère Charles il y a dix ans. Ce dernier avait récolté les honneurs de ces championnats mondiaux extrêmes dans l'épreuve de Slopestyle.

« Je rêve de cette journée-là depuis que j'ai six ans. Je n'arrive pas encore à y croire, c'est fou. Je suis si content », s'enthousiasme le jeune homme. Gagnier avait raté de peu son objectif de mettre la main sur l'or l'an dernier. Il a dû se contenter de la médaille d'argent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer