• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Bande orange : Hockey Québec ne se lancera pas à l'aveuglette 

Bande orange : Hockey Québec ne se lancera pas à l'aveuglette

La bande orange informe les joueurs qu'ils ont... (IMACOM, Maxime Picard)

Agrandir

La bande orange informe les joueurs qu'ils ont infiltré une zone à risque pour les blessures sérieuses.

IMACOM, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Il faudra s'armer de patience avant de voir Hockey Québec emboîter le pas et suivre l'exemple du Collège de Stanstead qui a pris l'initiative plus tôt cette saison d'installer sur la glace une bande orange d'une largeur d'un mètre tout le long de la bande à l'aréna Pat-Burns. Cette bande orange, communément appelée look up line, se veut un moyen pour signaler aux hockeyeurs qu'ils ont infiltré une zone à risque pour les blessures sérieuses, dont les commotions cérébrales.

Hockey Québec applaudit cette initiative du Collège de Stanstead, mais ne veut pas emprunter cette avenue à l'aveuglette. «À travers nos discussions avec Hockey Canada, nous étions au courant de l'instauration de cette bande orange dans certains amphithéâtres aux États-Unis. D'une certaine façon, c'est calqué sur le baseball dont les terrains sont munis d'une piste d'avertissement pour prévenir les joueurs qu'ils approchent de la clôture. On ne peut s'inscrire en faux contre ces initiatives qui ont comme objectif de sensibiliser les athlètes à avoir un bon comportement. Mais à Hockey Québec on va attendre d'avoir des études en main pour peser le pour et le contre de cette mesure, très peu documentée actuellement, avant de décider si on l'adoptera à notre tour», commente le directeur général de Hockey Québec, Sylvain B Lalonde.

Il faut dire que l'organisme qui régit le hockey dans la Belle Province est déjà fort engagé dans la recherche de solutions pour rendre la pratique de ce sport toujours plus sécuritaire chez les jeunes. «On fait beaucoup de prévention, de formation et d'éducation. On veut savoir ce qui se passe dans la tête de celui qui applique la mise en échec et aussi celui qui la reçoit. C'est un dossier chaud pour nous à Hockey Québec et il y a des actions concrètes qui sont posées chaque année. C'est loin d'être terminé», soutient le DG de Hockey Québec.

Proactif

À l'aréna Pat-Burns, le directeur Marc Parent reconnaît que cette bande orange n'a pas fait le sujet de longues discussions avant son application. «C'est une décision des autorités du Collège de Stanstead dont l'équipe des Spartans joue régulièrement aux États-Unis et qui ont été mis en contact avec cette réalité. C'est encore peu répandu aux États-Unis et pratiquement juste au Vermont et dans le Massachusetts. Cependant, je crois savoir que Hockey USA se penche sérieusement sur le dossier. Nous n'avons donc pas attendu les études et les rapports des Américains pour aller de l'avant avec cette bande orange. Nous avons été proactifs, tout simplement», fait valoir Marc Parent.

Mentionnons que c'est en octobre que cette bande orange a été installée à l'aréna Pat-Burns. «Au début, il y a des gens qui nous demandaient pourquoi on décorait pour l'Halloween, de s'esclaffer Parent. Maintenant, les blagues de mauvais goût sont chose du passé et on reçoit beaucoup de commentaires positifs.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer