Reflet du dernier hiver

La récolte de cerfs a chuté l'automne dernier en Estrie, dans une proportion... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

La récolte de cerfs a chuté l'automne dernier en Estrie, dans une proportion moindre toutefois que ce que l'on pouvait appréhender à cause de l'hiver précédent, révèle les statistiques compilées par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parc du Québec.

Les chasseurs ont abattu 14 511 chevreuils dans les zones 4, 6 nord et 6 sud couvrant la majeure partie du territoire estrien. C'est 6,5 pour cent de moins que l'automne précédent, mais mieux que la moyenne des cinq dernières années.

Considérant que l'indice de rigueur de l'hiver 2013-2014 a été de 130 pour cent, ce recul enverrait malgré tout un signal positif.

« On n'a pas besoin de chercher longtemps pour trouver des explications. La baisse la plus significative est dans la récolte de faons, les cerfs qui étaient les plus vulnérables l'hiver dernier. Plusieurs d'entre eux n'ont pas survécu aux conditions rigoureuses », résume le biologiste Éric Jaccard, chargé de la grande faune en Estrie.

Il y a eu 19 pour cent moins de faons enregistrés par les chasseurs à l'échelle régionale. Pour ce segment, le recul est de 35 pour cent dans la zone 4, qui est généralement la plus enneigée.

« Les écarts étant moins prononcés chez les mâles et les femelles, c'est signe que les adultes ont mieux résisté et que, globalement, le cheptel estrien n'a pas été trop décimé. Les effets de cette mortalité chez les faons nous suivront cependant encore quelques années » analyse M. Jaccard.

Seule la zone 6 sud a connu une meilleure récolte que l'an dernier, une légère amélioration de 4 pour cent. Dans cette zone, c'est aussi la saison la plus productive des cinq dernières années.

« La proportion du nombre de cerfs récoltés à l'arbalète augmente rapidement dans la 6 sud et il faudra garder un oeil là-dessus », note le biologiste en faisant le parallèle avec la situation ayant commandé des ajustements pour l'orignal depuis que cette arme puissante, précise et populaire est jumelée à la saison d'arc.

Ayant profité dans le passé d'une abondance de cerfs, les chasseurs de la zone 6 nord vivent à leur tour les effets de la réduction du cheptel ciblée par les gestionnaires fauniques (cliquez sur le tableau ci-contre pour les faits saillants). La récolte de 3053 cerfs de 2014 est la plus faible des dix dernières années.

« Les mesures qui ont été prises pour diminuer le cheptel affectent inévitablement les résultats de chasse. On ne reverra plus les récoltes des grosses années ».

En 2007, près de 4800 cerfs avaient été abattus dans la zone 6 nord.

En raison des facteurs précédemment évoqués, la récolte globale est en baisse de 12 pour cent dans la zone 4.

« Malgré la rigueur du dernier hiver, la récolte de mâles adultes a cependant augmenté durant la saison à l'arme à feu. C'est signe que le creux de 2011 s'est résorbé et que la population se porte mieux », signale M. Jaccard.

Rappelons que 240 mâles ont été récoltés à la poudre noire dans la zone 4, qui vivait une première année de changements réglementaires ayant introduit une récolte contingentée aux cerfs sans bois durant cette post-saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer