• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Stéphane Robidas : la santé... et une coupe Stanley en 2015! 

Stéphane Robidas : la santé... et une coupe Stanley en 2015!

Stéphane Robidas... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Stéphane Robidas

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) «La santé!» répond du tac au tac Stéphane Robidas lorsqu'on lui demande d'exprimer ses voeux du Nouvel An au bout du fil.

Contrairement à d'autres personnes qui auraient pu balancer ce souhait d'une manière éculée, comme on peut le faire chaque année en présence de sa famille éloignée, le défenseur des Maple Leafs de Toronto prend bien soin d'appuyer sur les deux syllabes du mot magique qui vous tient loin des hôpitaux.

Et pour cause! Écoulant sa dernière année de contrat en 2014, le Sherbrookois de 37 ans a été limité à 41 matchs l'an dernier. Au moment où la pression est accentuée sur les joueurs qui aspirent à poursuivre leur carrière, Robidas s'est fracturé le tibia et le péroné à deux reprises, mettant en péril la fin de cette dernière.

«Je m'en allais vers l'inconnu», souligne-t-il.

Alors qu'il était en droit de s'attendre au pire des scénarios au moment de l'ouverture du marché des joueurs autonomes le premier juillet, Stéphane Robidas s'est cependant rapidement aperçu que 2014 lui réservait encore quelques surprises, des bonnes cette fois.

«Avec mon âge et mes deux blessures, c'était deux points d'interrogation et je n'aurais jamais pensé vivre ça comme ça. C'était la première fois que je vivais l'autonomie complète et il y avait beaucoup d'équipes intéressées à mes services.»

«J'ai vraiment eu une année en deux temps, songe le hockeyeur. Le point décisif où ça a viré de côté, ç'a été quand j'ai signé mon contrat avec les Leafs le 1er juillet.»

Le nouveau directeur général des Maple Leafs de Toronto, Brendan Shanahan, a alors consenti 9 M$ étalés sur trois ans à celui qui était toujours en réhabilitation au moment d'apposer sa signature au bas du faramineux contrat.

«J'espérais juste avoir un contrat. Un contrat de trois ans, c'était plus que demandé. Que les Leafs m'aient fait confiance comme ça, j'en suis vraiment heureux. C'était la sécurité.»

Si la santé est maintenant au beau fixe, Stéphane Robidas admet que son jeu sur la glace, lui, pourrait toutefois prendre du mieux. Malgré un différentiel de plus-13, le Sherbrookois a été laissé de côté une troisième fois cette saison contre le Lightning de Tampa Bay, lundi. Il n'affiche que cinq mentions d'aide au compteur en 34 matchs cette saison.

«La jambe va super bien, mais je n'ai pas nécessairement la saison que je souhaiterais avoir. Je n'ai pas connu de camp d'entraînement et ç'a été difficile par moment. Les choses se sont replacées un peu et je dois demeurer patient. Je travaille fort lors des entraînements et je me sens mieux. Je dois trouver mon rôle au sein de l'équipe. C'est ce que je tente de faire en ce moment.»

Néanmoins, lorsqu'il porte son regard sur 2014 et plus loin encore, le défenseur qui fêtera son 38e anniversaire en mars trouve très peu de matière à se plaindre.

«Honnêtement, je suis en paix avec moi-même. Je suis fier de ce que j'ai accompli dans ma carrière et je suis très choyé de jouer encore dans la LNH. J'ai joué mon 900e match plus tôt cette année. Je vis encore un rêve de jeunesse. Je me considère très chanceux et très choyé d'être dans la meilleure ligue au monde.»

Ça n'empêche pas le naturel de revenir chez lui au galop au moment d'émettre un second voeu pour la prochaine année.

«Du succès avec les Leafs. Je veux qu'on se rende aux séries éliminatoires et peut-être gagner la coupe Stanley», émet Stéphane Robidas.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer