Le Phoenix massacré par les Voltigeurs

Les Voltigeurs de Drummondville ont inscrit six buts sans riposte au cours des... (Collaboration spéciale, Vincent Lévesque Rousseau)

Agrandir

Collaboration spéciale, Vincent Lévesque Rousseau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Les Voltigeurs de Drummondville ont inscrit six buts sans riposte au cours des 40 premières minutes de jeu et ont servi une véritable leçon de hockey au Phoenix de Sherbrooke, hier soir au Centre Marcel-Dionne. La rencontre s'est soldée par le pointage de 6-2.

Adam Chapman a marqué à son premier match... (La Tribune, Yanick Poisson) - image 1.0

Agrandir

Adam Chapman a marqué à son premier match avec sa nouvelle équipe.

La Tribune, Yanick Poisson

Les Sherbrookois semblent avoir pris leurs adversaires à la légère, et ces derniers ne se sont pas gênés pour leur en faire payer le prix. Les Voltigeurs demeurent une équipe redoutable, même s'ils se sont départis de Charles-David Beaudoin et de Jérôme Verrier plus tôt cette semaine.

«On aurait dit que rien ne marchait et je me demande si on a fait ce qu'il fallait pour que ça marche. Nous sommes sortis du plan de match et nous avons été individualistes. Nous avons perdu nos batailles à un contre un tout au long de la rencontre», analyse l'entraîneur-chef du Phoenix, Judes Vallée.

Pour une deuxième fois en autant de soirs, les Sherbrookois ont eu recours à leurs deux gardiens. Evan Fitzpatrick a été retiré de la partie à mi-chemin en deuxième période après avoir cédé cinq fois sur seulement 24 tirs. En relève, Alex Bureau a mieux fait, réalisant dix arrêts sur 11 lancers. Quoi qu'il en soit, Vallée a refusé de lui jeter la pierre.

«Fitzpatrick a été laissé à lui seul à plusieurs reprises. Nous avons donné 16 lancers au cours des la seule première période. Il nous a tenu dans le match au début, mais n'a pu tout faire», ajoute-t-il.

Des Voltigeurs inspirés

Les Voltigeurs semblent fouettés par l'échange de leur capitaine et de leur meilleur marqueur. Ils ont remporté des victoires consécutives face à l'Armada de Blainville-Boisbriand et maintenant contre le Phoenix, deux rivaux de division.

L'instructeur des Rouges, Martin Raymond, attribue cette séquence heureuse à l'émotion vécue, ainsi qu'à une modification de la stratégie offensive. Les défenseurs appuient davantage l'attaque.

«Nous ne marquions pas assez, nous avons été blanchis trop souvent. On ne peut pas être 16e en offensive dans la LHJMQ toute l'année. On joue mieux avec la rondelle et ça donne des résultats, dit-il. Ça nous aide à avoir du succès contre des équipes qui nous attendent à l'entrée de leur territoire comme le Phoenix.»

Les esprits se sont échauffés en fin de troisième alors que le match était hors de portée du Phoenix depuis un moment déjà. Certains joueurs ont distribué des mises en échec dangereuses, ce qui a donné lieu à quelques escarmouches. Tim Weiser et Georgs Golovkovs ont notamment jeté les gants lors d'un rare affrontement tout européen. Maxime Chevalier s'est, pour sa part, attaqué à Mikael Sabourin qui venait de plaquer un Voltigeur par derrière.

«C'était un geste dangereux et nos joueurs ont répliqué. Nous leur demandons d'avoir un comportement de meute sur la glace. Ils ont bien répondu, posé des gestes d'équipe», approuve Raymond.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer