L'égalité des chances

Notre chasseur témoin du mois de novembre, Simon St-Onge,... (Photo fournie)

Agrandir

Notre chasseur témoin du mois de novembre, Simon St-Onge, a obtenu l'occasion qu'il attendait samedi dernier, premier matin de la saison à la poudre noire dans la zone 4. Il a récolté un mâle de 8 pointes qui pesait 178 livres durant la période la plus active des « bucks » en quête d'accouplement, a-t-il observé à partir des disquettes de ses caméras.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

Les chevreuils ne se réunissent pas pour célébrer dès que l'armée de chasseurs à la carabine sort du bois, mais c'est tout comme.

« Mes caméras n'ont capté que deux images de mâles de jour durant les deux semaines de la saison à l'arme à feu. Après, ça n'a pas pris 48 heures qu'il y en a eu tous les jours. C'est le cas de le dire : c'était le jour et la nuit. Les mâles ne s'arrêtaient pas pour se nourrir, ils étaient constamment en déplacement », rapporte Simon St-Onge, le chasseur témoin ayant accepté de partager ses observations avec nous pour suivre l'évolution du comportement des cerfs durant le mois de novembre. Au nombre de ceux ayant obtenu une prolongation de la période de chasse au mâle en raison des nouvelles règles appliquées dans la zone 4 durant la post-saison à la poudre noire, M. St-Onge a eu tôt fait de profiter de ces conditions gagnantes.

Samedi dernier, un huit pointes de 178 livres s'est présenté à portée de tir. « Il n'était pas méfiant, il avait visiblement la tête ailleurs. Dans l'heure qui a suivi, pendant que nous sortions mon chevreuil, un autre huit pointes a surgi devant nous, complètement à découvert. Il a figé, j'aurais eu amplement de temps pour tirer. Lui aussi était absorbé par sa quête de femelles.

C'était le pic de la saison du rut », raconte M. St-Onge. « Je n'ai aucune difficulté à le croire, j'ai aussi une photo du plus beau mâle de notre territoire ayant été captée samedi matin. Sauf, que dans la zone 6, nous n'avions pas le droit de chasse. Tant mieux, c'eut été un carnage », grogne François Pelletier.

Technicien de la faune et copropriétaire d'une PME spécialisée dans l'aménagement faunique, M. Pelletier est de ceux qui, lors de consultations, se sont opposés aux changements réglementaires que Québec a mis en place. Selon lui, autoriser la chasse aux mâles durant la période au cours de laquelle ils sont vulnérables va à l'encontre de l'objectif recherché en restreignant la récolte des femelles et des faons aux seuls détenteurs de permis spéciaux.

Le gouvernement provincial s'est accroché au principe qu'il ne pouvait accorder un droit de chasse exclusif au cours d'une période donnée qu'aux seuls gagnants d'un tirage au sort.

« J'ai hâte de voir le suivi nous ayant été promis. Comment feront les biologistes du Ministère pour faire le décompte des meilleurs reproducteurs sacrifiés au nom du principe de l'égalité des chances? Il n'existe aucune information de cette nature dans les fiches d'enregistrement qui, elles-mêmes, sont susceptibles d'être tronquées par la possible tricherie que vous avez soulevée la semaine dernière et que les gestionnaires de la Faune redoutaient aussi sans avoir les effectifs pour exercer un minimum de contrôle », soulève M. Pelletier.

Je suis également impatient de voir la rigueur avec laquelle le Ministère fera rapport de cette première année d'application des règlements hybrides introduits au nom de l'efficacité. Autant je souscris aux objectifs d'une gestion plus pointue, autant je doute des moyens et de la rigueur avec lesquels les impacts des mesures particulières seront mesurés.

En suspendant, faute d'argent, la présence de membres du service d'aménagement dans les stations d'enregistrement cet automne et avec des équipes de patrouille aussi réduites, le ministère de la Faune n'a pas envoyé un message particulièrement rassurant

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer