La puissance de feu des Cougars

Le quart-arrière Michael Arruda a connu toute une... (Archives La Tribune)

Agrandir

Le quart-arrière Michael Arruda a connu toute une saison avec 2400 verges de gains aériens et 21 passes de touché, deux sommets en saison régulière.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) De l'avis de plusieurs experts de football consultés au cours de la dernière semaine, les Cougars du Collège Champlain présenteront samedi lors du match du Bol d'Or contre les Spartiates du Vieux-Montréal l'une des attaques les plus redoutables montrées au cours des dernières années au football collégial.

Que ce soit avec le quart Michael Arruda, les receveurs Marc-Antoine Pivin et Yanic Lessard ou les porteurs de ballon Cédric Joseph, Anthony Joyal et Trevon Wilson-Millings, les Cougars ont plusieurs façons d'enfoncer les majeurs.

Au total, l'explosive attaque des Cougars a produit 369 points en 10 matchs en saison régulière et elle a marqué l'impressionnant total de 96 points en deux matchs éliminatoires jusqu'ici en 2014. Dont 64 contre la meilleure unité défensive de la ligue, les Cheetahs de Vanier, en demi-finale.

En tête de liste, on trouve l'électrisant porteur Cédric Joseph. Le numéro 23 en est à ses derniers milles au football collégial et son aura brille jusque chez les voisins américains, en plus d'être courtisé par la très grande majorité des programmes universitaires canadiens.

Joseph, à lui seul, peut transformer un match de quelques feintes rapides. Il fut sans aucun doute l'un des joueurs les plus électrisants au football collégial lors des dernières saisons.

Mais avant de penser à son avenir à moyen terme, Joseph est concentré sur les Spartiates du Vieux-Montréal.

«La victoire contre Vanier a fait du bien. Oui, on a marqué beaucoup de points, mais à chaque séquence offensive ou presque, on avait un super positionnement sur le terrain. Ça aide énormément. Notre défensive a aussi fait du gros boulot avec plusieurs revirements, dont cinq interceptions, et la ligne offensive nous a fourni les brèches nécessaires pour de gros gains.»

Modeste, Cédric Joseph? Certainement.

Il a été le porteur le plus productif en saison avec 12 touchés et 1108 verges de gain. Il a ajouté 332 verges et trois touchés en deux matchs éliminatoires.

Il sera certainement l'un des points de mire du plan de match des Spartiates samedi.

«C'est une équipe très physique qui a de très bons athlètes; on s'attend tous à un match très dur, car on est persuadé qu'ils ont encore la défaite du Bol d'Or de l'an dernier en tête.»

«On croit beaucoup en nos chances, je crois qu'on peut égaliser leur niveau d'intensité; l'objectif, comme à chaque match, sera de protéger la balle et de rester concentré sur nos responsabilités. Oui, on a remporté un gros match émotif contre Vanier, mais il faut oublier tout ça et remettre les compteurs à zéro une nouvelle fois.»

Une attaque aérienne renouvelée

L'arrivée du jeune quart Michael Arruda à la tête de l'unité offensive des Cougars n'est certes pas étrangère à ses grands succès.

Mobile, athlétique, doté d'un très bon bras et d'un sens du jeu hors du commun, le jeune homme originaire de l'Outaouais a connu toute une saison avec 2400 verges de gain aériens et 21 passes de touché, deux sommets en saison régulière. Contre Vanier, il a terminé le match avec 199 verges de gain et cinq passes de touché.

Son groupe de receveurs a donc profité de ses tirs précis. C'est le cas du vétéran de troisième saison Yanic Lessard (492 verges et deux touchés en saison).

«La grosse victoire contre Vanier amène son lot d'attentes, les gens vont se dire que puisqu'on a marqué 64 points contre la meilleure défensive, on va nécessairement faire de même contre le Vieux-Montréal. Je ne m'attends pas à un match à sens unique samedi, mais à un match très serré.»

«Si on veut les battre à nouveau, il faudra jouer du football comme les Cougars en sont capables, jouer comme lorsqu'on a affronté Vanier; là on a montré réellement ce qu'on pouvait faire. Je dirais que le fait d'en être à une troisième présence au Bol d'Or aide beaucoup à la préparation. La première année, j'étais très nerveux, j'avais des papillons dans le ventre. Mais là, la majorité des gars savent à quoi s'en tenir. Ça aide notamment lors de la semaine de préparation avant le match.»

Le duel est prévu pour 15h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer