«Connie» Dion porté à son dernier repos

«Connie» Dion... (Archives)

Agrandir

«Connie» Dion

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le service funèbre de l'ancien hockeyeur Conrad «Connie» Dion a été célébré lundi avant-midi à Asbestos.

Amis et parents lui ont rendu un dernier hommage lors d'une cérémonie religieuse qui s'est déroulée en l'église Saint-Isaac-Jogues.

M. Dion, qui s'est illustré aussi dans le golf, est décédé vendredi dernier au CSSS des Sources à Asbestos à l'âge de 96 ans.

Il était hospitalisé depuis deux semaines et son état général de santé s'est détérioré très rapidement.

Joseph Conrad Étienne Dion est né à Saint-Rémi-de-Tingwick le 11 août 1918.

Celui qu'on appelait «Connie» a été joueur professionnel pour les Red Wings de Détroit de la Ligue nationale de hockey.

«Mon père nous a inculqué l'amour, la simplicité, le respect des autres. Dans sa vie, il a agi ainsi, il a été aimé de tous demeurant peu exigeant, respectueux des gens qui l'entouraient. C'était un homme de principe, quelque peu solitaire, très honnête et dévoué en sa communauté par l'entremise du sport!»

Ces paroles sont celles du fils de Connie DionPaul Dion, qui tenait à partager les valeurs de son père quelques heures après sa mort.

Et il n'était pas le seul à vouloir rendre hommage à ce grand joueur de hockey. «Bon causeur avec ses proches, je retiens de lui son grand talent à aider les jeunes dans les disciplines du golf et du hockey. Le décès de son épouse Muriel à l'été 2011 l'avait beaucoup affecté, heureusement qu'il y avait sa passion du golf pour l'aider», tenait à souligner pour sa part Julien Vachon, son beau-frère.

Alors qu'il agissait comme arbitre auprès des ligues de hockeyGaston Fréchette a bien connu celui qu'il appelle Monsieur Hockey et qui lui disait : «bout de bâtard, t'es aussi bon que les gars qui jouent sur la glace", supportant les arbitres dans leur travail. C'est l'homme chez nous qui m'a marqué le plus de par son implication dans le sport. Doté d'une mémoire remarquable, il connaissait mieux que quiconque l'histoire de sa ville et la racontait avec de savoureuses anecdotes dans tous les détails. Il demeurera un être d'exception dans ma mémoire».

Marcel Boislard a bien connu Connie ayant été son voisin dans une très grande partie de sa vie. «Un gars merveilleux, sociable, tranquille. Il ne menait pas grand bruit, il fallait quasiment lui sortir parfois les mots de la bouche,» nous a-t-il raconté avouant qu'il laisse d'excellents souvenirs dans la population d'Asbestos qui l'appréciait hautement.

Son ami et ex-partenaire de golf et de hockey, Richard Champagne, a tenu à lui rendre un hommage. «Il a été au bout de ses rêves, de par sa ténacité, ses efforts, devant sacrifier la présence auprès de sa famille pour sa carrière professionnelle de hockeyeur. En tant que golfeur, le plaisir passait avant tout exprimant une habileté hors de l'ordinaire avec sa routine très précise dans ses belles années. Sa patience auprès des jeunes golfeurs à titre d'instructeur était remarquable. Sa plus grande réussite, c'est toutefois sa famille, étant très fier de ses enfants et petits-enfants, ayant été un exemple pour eux en plus d'être un athlète exemplaire qui n'a jamais fumé ni consommé de l'alcool».

 - Avec Yvan Provencher

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer