• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Les Carabins battent le Vert & Or et passent en finale 

Les Carabins battent le Vert & Or et passent en finale

La logique a été respectée samedi après-midi au CEPSUM de l'Université de... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) La logique a été respectée samedi après-midi au CEPSUM de l'Université de Montréal, alors que les Carabins ont battu le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke 40-13.

L'équipe classée numéro 2 au pays accède donc à la grande finale québécoise où elle rejoindra la formation classée au premier rang, le Rouge et Or de l'Université Laval, qui s'est facilement qualifiée grâce à un pique-nique de 74-18 face aux Stingers de Concordia lors d'un match disputé à Québec.Les revirements ont causé la perte des Sherbrookois dans cette demi-finale.

De leur côté, les Carabins n'ont été fautifs d'aucun revirement.

Dès la première séquence offensive du Vert & Or, qui débutait le match à l'attaque, le receveur Sébastien Blanchard a échappé la passe du pivot Jérémi Roch.

Ensuite,  au milieu du troisième quart, les Carabins ont plaqué le botteur Mathieu Hébert dans sa tentative de dégagement et ils ont repris le ballon au milieu du terrain.

Et la séquence suivante, sur un troisième essai et des centimètres à franchir, la défensive des Carabins a stoppé la faufilade de Jérémi Roch, un jeu réalisé au centre du terrain et qui tuait dans l'oeuf une intéressante séquence offensive des Sherbrookois.

Aussi, une interception lancée par Jérémi Roch, un peu plus tard, a résulté en des points pour Montréal.

Dans chaque cas, les Carabins ont inscrit des points. Par la suite, ils ont tranquillement pris le contrôle du match, entre autres grâce à la prestation spectaculaire du receveur de passe de première année Régis Cibasu qui, à son premier match en carrière en séries éliminatoires, a capté 14 passes (un record Carabin) pour 146 verges et un touché.

Si les revirements ont fait mal, le manque d'opportunisme de l'attaque en vert lui a aussi fait mal; au total, l'attaque dirigée par Jérémi Roch (21 en 36 pour 323 verges, un touché et une interception) a récolté 373 verges, mais n'a été capable d'inscrire qu'un seul touché, une passe de Roch à Blanchard, au tout début du troisième quart.

Mathieu Hébert a complété avec deux placements.

Début de match difficile

Si l'attaque du Vert & Or a pris un peu de temps à s'installer en début de match, sa défensive lui a permis de rentrer au vestiaire en déficit de 15-3.

Par contre, les joueurs de l'unité défensive ont eu certaines difficultés au plaqué, tare qui a paru évidente notamment sur le 1er touché du match, inscrit sur un jeu de passe latérale et course de Sean Thomas Erlington, sur 54 verges.

À la demie, donc, Sherbrooke avait amassé 197 verges de gain à l'attaque, mais n'avait que trois points au tableau; l'attaque progressait sans être capable de concrétiser ses poussées.

La combinaison Jérémi Roch et Sébastien Blanchard a donné le momentum au Vert & Or au sortir du vestiaire grâce à une réussite sur 16 verges; soudainement, Sherbrooke ne tirait de l'arrière que par 10-15.

Gabriel Cousineau a cependant remis Montréal dans le siège du conducteur à la suite d'une faufilade d'une verges, quelque sept minutes plus tard, et les Bleus n'ont plus jamais regardé en arrière.

Les deux revirements commis au centre du terrain, quelques minutes plus tard, par le Vert & Or ont achevé de briser ses espérances.

Dominante en saison, l'attaque terrestre du Vert & Or a été limité à seulement 62 verges en 20 courses, des statistiques à des années lumières de ce qu'elle avait accumulé auparavant.

Sherbrooke s'incline donc pour une deuxième année consécutive en demi-finale du football universitaire québécois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer