Dans le junior avec son père comme arbitre?

Alex-Olivier Voyer... (Archives La Tribune)

Agrandir

Alex-Olivier Voyer

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Le paternel patine dans la LHJMQ depuis maintenant 28 à titre de membre de la confrérie des arbitres du circuit Courteau. Le fils aimerait bien le rejoindre le plus tôt possible avec l'uniforme de hockey sur le dos. Le jour n'est peut-être pas loin où Luc Voyer et son garçon Alex-Olivier, porte-couleurs des Cantonniers de Magog, pourront se croiser du regard sur une patinoire de la LHJMQ.

«Tu dois faire tes preuves sur la glace et je ne suis pas différent des autres à ce chapitre.»

Déjà étiqueté comme un des plus beaux espoirs de 15 ans dans la Ligue midget AAA du Québec, le circuit junior majeur semble tout indiqué pour le Sherbrookois Alex-Olivier Voyer. « Chaque chose en son temps et je ne pense vraiment pas à ça à l'heure actuelle. Cependant, si cela se réalise, c'est évident que j'aimerais pouvoir disputer au moins un match avec mon père sur la glace comme juge de lignes. Une occasion comme celle-là passe une seule fois dans la vie », soutient celui qui porte le dossard 19 chez les Cantonniers.

« Ça ne pourrait pas se produire dans un match du calendrier régulier, seulement dans une joute présaison, précise Luc Voyer. Et encore là ça dépendrait de mon patron Richard Trottier. J'ai déjà arbitré des parties d'Alex-Olivier dans du hockey estival et il prenait plaisir à me déranger avec des petits coups de bâton sur les jambières. Je pense qu'il serait un peu plus sérieux dans le junior. »

Belle progression

Entretemps, Luc Voyer n'a pas souvent la chance de suivre la première saison de son fils aîné dans le midget AAA. « Mon emploi du temps dans la LHJMQ m'amène souvent à l'extérieur. Je dois avoir vu seulement quatre ou cinq de ses parties », confie Luc Voyer qui rate par le fait même une belle occasion de voir la progression de son fils.

« J'ai mis un certain temps à débloquer sur le plan offensif, mais cela ne m'a jamais affecté. Je me concentrais sur mon jeu défensif et je savais que je finirais par être récompensé», commente celui qui est pressenti, comme son coéquipier et gardien Alex D'Orio, pour faire partie de l'équipe Québec des moins de 16 ans.

« Rendu midget AAA, les recruteurs épient nos moindres gestes. Qu'ils soient là pour toi ou un autre, ce qui est certain, c'est qu'une réputation ne suffit pas pour te faire avancer. Tu dois faire tes preuves sur la glace et je ne suis pas différent des autres à ce chapitre », ajoute Voyer

«On manque de constance»

Si plusieurs recrues sont dépaysées à leurs débuts dans le midget AAA, ce ne fut pas le cas de Voyer. « C'est surtout la maturité des joueurs et leur physique plus imposant qui m'ont donné du fil à retordre. Je me suis ajusté rapidement », fait-il valoir.

Concernant le rendement de l'équipe, Alex-Olivier Voyer le considère acceptable, sans plus. « On manque de constance et la jeunesse n'est pas une excuse. Je suis même tanné de l'entendre. Nous sommes tous des joueurs midget AAA et c'est à nous de nous lever et de nous imposer », estime le joueur de centre des Cantonniers.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer