• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Une saison d'apprentissage pour Maude-Aimée Leblanc 

Une saison d'apprentissage pour Maude-Aimée Leblanc

Maude-Aimée Leblanc... (IMACOM, Maxime Picard)

Agrandir

Maude-Aimée Leblanc

IMACOM, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) «Même au dernier trou, je croyais avoir des chances. C'était une normale cinq et j'avais besoin d'un aigle pour forcer la prolongation. J'ai frappé mon deuxième coup à 10 pieds du fanion. Mon coup roulé a par la suite effleuré la coupe avant de dévier à l'extérieur. C'est venu aussi près.»

La saison 2014 de Maude-Aimée Leblanc s'est terminée sur ce trou. Même si elle a mené trois des quatre rondes de ce championnat qui concluait l'année sur le circuit Symetra, elle n'a pas réussi à remporter la compétition.

Une victoire et elle aurait obtenu de nouveau son statut sur la LPGA pour la saison 2015.

Au lieu de ça, elle devra passer par la troisième et dernière étape de qualification (Q-school) début décembre, en Floride.

Ce sera la troisième fois qu'elle passera cette procédure.

«Je commence à être habituée, mais ce n'est pas une expérience que j'aime beaucoup. Ce sont cinq jours de compétition très stressants et intenses, il y a beaucoup de pression», a expliqué la Sherbrookoise, qui passe un peu de temps en famille en région avant de retourner en Floride, la semaine prochaine, afin de peaufiner sa préparation.

Leblanc a ainsi terminé à égalité au quatrième rang du Championnat de fin de saison (68-66-71-74), pour une bourse de 7016 $.

Au cumulatif, Leblanc a disputé 15 tournois, terminant quatre fois dans le top 10, pour des gains d'un peu plus de 32 000 $ (19e position).

Il s'agissait d'une première année pour elle sur le circuit Symetra, circuit satellite de la LPGA.

Si elle a bien fait pour la moyenne des coups de départ (5e pour une moyenne de 260,9 verges) et pour les verts atteints en régulation (6e), il en fut autrement sur les verts, entre autres.

«Ça ce sont les aspects de mon jeu qui ont bien été. Par contre, si on regarde les mêmes statistiques, on s'aperçoit que j'ai terminé au 111e rang pour la moyenne de coups roulés par ronde (31,49) et 148e pour les allées atteintes après un coup de départ (58 %). Ça fait toute la différence et c'est ce qui s'est produit lors de mon dernier tournoi; j'ai bien putté pendant trois jours, mais le quatrième jour, les coups roulés ne tombaient pas. Il faut que je corrige ça», a indiqué la grande Sherbrookoise de 25 ans.

Maude-Aimée Leblanc jouissait également d'un statut conditionnel sur le grand circuit, celui de la LPGA, en 2014.

Elle y a disputé sept tournois, réussissant à se qualifier pour les rondes de la fin de semaine à deux reprises, pour des gains de 6471 $.

«Pour moi, le circuit Symetra, c'était le plan B, la fin du monde s'y je m'y retrouvais. Mais finalement, avec le recul, je constate que ce fut une très belle expérience et une belle opportunité d'apprendre. Ça va me servir dans le futur, j'en suis sûre.»

Afin de corriger ses lectures sur les verts, Leblanc entreprendra dès la semaine prochaine une clinique avec Mark Sweeney, un spécialiste des coups roulés, qui a popularisé la technique «Aimpoint putting». C'est l'agence de Leblanc qui lui a suggéré cette ressource.

«Aussi, ce que je retiens de cette saison ponctuée de hauts et de bas, c'est que ma condition physique est parfaite, je n'ai pas été affectée par les blessures de l'année et j'en suis très contente. Ça m'enlève une certaine pression et ça me permet d'entrevoir l'avenir avec optimisme.»

La troisième et dernière étape de qualification pour accéder à la LPGA se déroulera à Daytona, en Floride, début décembre.

Les filles qui termineront dans le Top 20 obtiendront un statut à temps plein, alors que celles qui se classeront entre le 21e et le 40e échelon se verront octroyer un statut conditionnel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer