• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Alex Boisvert-Lacroix obtient sa place avec Équipe Canada 

Alex Boisvert-Lacroix obtient sa place avec Équipe Canada

Alex Boisvert-Lacroix... (Archives)

Agrandir

Alex Boisvert-Lacroix

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour une troisième année consécutive, le patineur Alex Boisvert-Lacroix a vu sa place être confirmée parmi l'équipe de développement du Canada en patinage de vitesse longue piste.

Une nouvelle qui n'a pas surpris le Sherbrookois.

« Je le savais parce que j'ai été celui qui a fait le plus de points au niveau des compétitions canadiennes au cours de la dernière saison. Ma place était assurée pour cette raison », explique-t-il.

Cette position a néanmoins rassuré une fois de plus l'athlète qui habite maintenant Montréal pour étudier en éducation physique à l'UQAM.

« Quand tu le sais, c'est rassurant parce que ça a certains avantages comme un salaire. Ça t'enlève beaucoup de soucis au niveau budgétaire, car tu sais que le gouvernement va te soutenir pour la saison à venir. Je pouvais donc me concentrer sur l'entraînement et l'école. Sans ça, j'aurais été obligé de remettre en questions certaines décisions; je n'aurais pas pu étudier, travailler et m'entrainer à temps plein en même temps. Ça me permet de me concentrer à 100 % sur l'entraînement et les études », soutient Boisvert-Lacroix.

Le spécialiste du 500 m sur longue piste s'attaquera à la fin du mois à assurer sa place sur le circuit de la Coupe du monde. Il sera à Calgary du 23 au 26 octobre afin de participer aux qualifications d'automne.

« C'est vraiment le premier test de la saison pour voir où tu te situes. Il faut que je termine parmi les cinq premiers sur la distance. Ça va vraiment déterminer mes plans de la saison. Si ça ne fonctionne pas je devrai participer aux compétitions canadiennes en attendant les qualifications pour la saison d'hiver », relate le Sherbrookois.

À long terme, l'athlète de 27 ans ne cache pas qu'il aimerait tenter sa chance une ultime fois pour se qualifier aux Jeux olympiques, lui a raté de peu le rendez-vous de Sotchi en février dernier.

« Ça reste une possibilité c'est certain. Au lendemain d'une année olympique c'est difficile de commencer un autre cycle olympique de quatre ans. Ç'a été une énorme déception de ne pas me qualifier pour les Jeux. Je croyais en mes chances de me classer, et de ne pas le faire, ça été un gros coup. En ce moment je suis encore ultra motivé et j'aime autant patiner que lorsque j'avais 19 ans. On va voir comment le corps suit la volonté et je vais prendre les décisions qui vont devoir être prises éventuellement, mais j'aimerais bien l'essayer. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer