• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Nage en eau libre : l'or et l'argent pour les québécois 

Nage en eau libre : l'or et l'argent pour les québécois

Caitlin Hodge et Hannah Jenkins se félicitent.... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Caitlin Hodge et Hannah Jenkins se félicitent.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'eau du lac Memphrémagog s'est transformée en or et en argent pour les représentants québécois hier lors de l'épreuve de 5 km en eau libre. La septième journée d'activités des Jeux du Canada s'est donc amorcée sur des chapeaux de roue pour le Québec grâce au doublé signé par Liam Desjarlais (or) et Nicolas Masse-Savard (argent) chez les hommes, qui a été suivi quelques minutes plus tard par celui de Caitlin Hodge (or) et Jade Dusablon (argent) du côté féminin.

Deux fins de course à couper le souffle comme en font foi les chronos du quatuor québécois :

59 m 11,35 s et 59 m 11,77 s pour Desjarlais et Masse-Savard respectivement, comparativement à 1 h 2 m 52,33 s et 1 h 2 m 52,65 s pour Hodge et Dusablon.

Les nageurs et nageuses ont profité de conditions idéales avec un lac calme comme un miroir et la température de l'eau qui avoisinait les 23 degrés Celsius.

« On ne pouvait effectivement demander mieux. On apercevait très bien les bouées dans l'eau et c'était  important pour ne pas dévier de notre trajectoire. Même si on connaissait un peu le lac pour avoir participé à un camp national ici avec M. Gilles Potvin il y a deux ans, nous étions bien heureux de ne pas avoir à nous battre contre les éléments de la nature », a confié Masse-Savard.

Quant au médaillé d'or, il pouvait enfin afficher son sourire des grands moments. « J'anticipais des meilleurs résultats en piscine et il s'agissait de ma dernière chance pour faire amende honorable. De rebondir avec une médaille d'or, c'est merveilleux », a allégué Desjarlais.

Les deux médaillés ont bien travaillé en équipe, en route vers leur consécration. « Le peloton de tête a longtemps été composé de six nageurs, mais les quatre autres provenaient de quatre provinces différentes. Ils ont donc travaillé davantage en solitaire. Notre stratégie d'équipe qui consistait à s'échanger la tête pour économiser nos énergies a fonctionné jusqu'à la toute fin. C'est seulement dans les derniers cents mètres que  nous y sommes allés chacun pour soi », ont déclaré les deux acolytes.

Texte complet dans La Tribune de samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer